Histoire du Monde : faut-il encore savoir écrire ?

Ecrire "en attaché"
Ecrire "en attaché" - © Bob Bird - ASSOCIATED PRESS

Simon Bourgeois a décortiqué la presse internationale et a retenu une info qui ne fait pas nécessairement la Une des journaux.

Avec l'arrivée des ordinateurs, des tablettes et des smartphones dans nos vies quotidiennes, nous écrivons de moins en moins à la main. Du coup, est-ce encore bien nécessaire d'apprendre à écrire "en attaché" à l'école ? La question peut surprendre chez nous, mais figurez-vous qu'aux Etats-Unis, elle se pose... Et le débat est même devenu franchement musclé. En cause : 45 des 50 états ont décidé de ne plus rendre l'écriture cursive obligatoire. De plus en plus de monde la concidère comme une perte de temps !

Que les amoureux du stylo ou de la plume se rassurent, il n'est pas encore question d'abandonner l'écriture à la main, seulement l'écriture en attaché. Reste donc les lettres majuscules, plus facile à apprendre. N'empêche, le débat est vif de l'autre côté de l'Atlantique et il reprend de plus belle avec la rentrée scolaire. D'ici un an, l'écriture cursive sera en option presque partout au États-Unis. Le choix est laissé aux écoles. Objectif : gagner du temps en classe pour la maîtrise du clavier et de l'ordinateur.

Il y a ceux qui sont pour. La semaine dernière, le Los Angeles Times, par exemple, l'un des plus gros journaux américains, s'est fendu d'un édito pour soutenir la suppression. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ça a mis le feu au poudre. Car il y a aussi tous ceux qui s'offusquent. Le journal a été inondé du courrier des lecteurs scandalisés. Du courrier écrit en cursive on imagine.

Alors faut-il encore écrire en attaché ou pas, la question divise même les experts. Entre ceux qui estiment qu'écrire en lettres majuscules, c'est suffisant et les autres, qui défendent mordicus que l'écriture cursive est indispensable au développement de l'enfant, la bataille fait rage. Et elle prend même une tournure politique, puisque ce sont souvent des élus républicains qui défendent la cursive.

Et chez nous ? Et bien en Belgique c'est plutôt l'inverse, on apprend beaucoup plus tôt l'écriture liée qu'aux États-Unis, ça nous semble donc plus évident de la préserver. Toutes nos têtes blondes écrivent bien en sortant de l'école, par contre, peu d'enfants savent utiliser leur 10 doigts pour taper sur un clavier.

Entre les nostalgiques de la belle écriture et les défenseurs du tout à l'ordinateur, il faudra trouver un juste milieu, d'ici là, la discussion devrait encore faire couler beaucoup d'encre.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK