Histoire du Monde : esclavage en Mauritanie

Esclavagisme en Mauritanie
Esclavagisme en Mauritanie - © Google

Simon Bourgeois a pointé une info dans la presse internationale qui ne fait pas nécessairement la Une des journaux.

Direction l'Afrique et la Mauritanie ce matin pour notre HDM pour parler d'une triste réalité. Dans ce pays, des centaines de milliers de personnes sont littéralement réduites en esclavage. Les noirs sont bien souvent une simple marchandise. Effrayant à une époque où on pourrait croire que ces pratiques ont disparu. Une Histoire du Monde signée Simon Bourgeois.

Le désert à perte de vue... C'est ici, entre les dunes du Sahara, aux confins de la Mauritanie, du Mali et de l'Algérie, que sont retenus des milliers et des milliers d'esclaves noirs. Ils sont nés pour servir, complétement dépendants leurs maîtres souvent berbères, les élites du pays.

Ces esclaves modernes naissent enchaînés, vivent soumis et meurent au travail... Cet esclavage de mère en fils semble d'un autre âge mais c'est toujours une réalité ici !

Ils n'ont pas d'éducation, pas de droit, aucune liberté, ce sont des sous-hommes...

Ils servent au quotidien leur maître, gardent les troupeaux, assurent l'intendance, ils sont battus, les femmes sont violées, certaines tous les jours. Lorsqu'un enfant nait, soit il devient de la nouvelle main d’œuvre, soit il est arraché à sa mère et offert à la famille ou aux amis, il deviendra lui aussi esclave mais ailleurs.

Presque un mauritanien sur 20 est esclave, d'après plusieurs ONG. Ça fait au moins 150.000 personnes, bien plus encore selon certaines sources... C'est la proportion de population la plus élevée au monde...

Pourtant, l'esclavage est aboli depuis plus de 20 ans. C'est un crime passible de prison depuis plus de 5 ans... Mais ça reste une effrayante réalité. Une réalité que le gouvernement nie en bloc. Les autorités parlent de pratiques ancestrales complétement disparues. Les ONG locales et internationales ne sont pas vraiment du même avis...

Du coup, l'ONU prend les choses en main et annonce un plan pour sortir le pays de l'esclavagisme. Une feuille de route que Nouakchott doit adopter aujourd'hui. Elle prévoit notamment des projets de réinsertion pour les anciens esclaves, des avocats pour les défendre et un tribunal spécial pour juger les maîtres.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK