Histoire du Monde : blanche à tout prix ?

Lotions éclaircissantes
Lotions éclaircissantes - © Google

Polémique, au Sénégal, à propos d’une puissante crème destinée à blanchir la peau. Les dermatologues s’inquiètent. Des internautes appellent le gouvernement à légiférer sur la question. Robin Cornet.

Ils se sont multipliés, en quelques jours, dans rues de Dakar. De grands panneaux publicitaires pour la crème Khess Petch. En wolof, ça veut dire "toute blanche". Les affiches promettent une peau claire en 15 jours seulement. Photos "avant et après" à l’appui. Au Sénégal, c’est la première fois qu’on voit une campagne de cette ampleur pour une lotion éclaircissante, rapporte le site des Observateurs de France 24.

C'est un phénomène à la mode, dans les grandes villes d’Afrique. La dépigmentation n'est plus du tout marginale. Les produits ne coûtent pas très cher. Mais ils sont dangereux, avertissent les médecins. Leurs principaux composants seraient interdits en Europe. La plupart sont fabriqués à base de corticoïdes et d’hydroquinone qui sont cancérigènes. La fameuse crème Khess Petch utiliserait un corticoïde particulièrement puissant, qui ne devrait être prescrit que par les médecins et pour traiter de graves maladies de la peau, indique France 24. L'utilisation régulière de ces produits chimiques peut provoquer des varices, des tâches sur la peau, des démangeaisons et, en pénétrant dans le sang, ils entrainent parfois une forte dépendance.

Sur internet, des citoyens se sont mobilisés. "Etre noire, ce n’est pas une honte. Il faut le dire aux femmes", s'indigne la militante féministe Kiné Fatim Diop. Diktat d’une mode calquée sur les standards occidentaux et nourrie de préjugés. Les peaux claires sont perçues comme le signe d’une réussite sociale et économique, loin des travaux des champs. Les mentalités doivent évoluer, il faut être fier d’être noir. Fatim Diop est l’une des initiatrices d’une pétition demandant aux autorités de mettre fin à cette campagne, non seulement qualifiée de dangereuse, mais aussi de dégradante pour l’image de la femme africaine.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK