"Haut Bas Fragile !", le Cinéma de Jacques Rivette

.
3 images
. - © Tous droits réservés

Depuis ses textes parus dans les Cahiers du Cinéma (dont il sera rédacteur en chef au début des années soixante) et depuis ses premiers films, Jacques Rivette sera considéré, à juste titre, comme l’un (avec Godard, Truffaut, Chabrol et Rohmer) des piliers -penseur et réalisateur- de la Nouvelle Vague. Actrices, théâtre, complot, improvisation, littérature et mise en scène seront au cœur de tous ses longs (et très longs) métrages, et ce dans tous les registres de la fiction : drames, comédies, fantastiques, comédies musicales, films de genre…

Depuis son court-métrage, " Le coup du berger " (1956), jusqu’à " 36 vues du pic Saint-Loup " (son dernier long-métrage réalisé en 2009), en passant par  " La Religieuse ",  " L'Amour fou ", " Out 1 : Noli me tangere ", " Céline et Julie vont en bateau ", " Duelle ", ou encore " La Bande des quatre ", " La Belle Noiseuse ", " Jeanne la Pucelle " et " Va savoir " (2001), Jacques Rivette n’a cessé de concevoir le cinéma comme une expérience concrète, charnelle, bousculant à la fois les " lois " de la mise en scène et celles des tournages, de l’écriture et de la distribution dont, en particulier, l’exploration de la durée.
 

Une vidéo série de Jean-Louis Dupont pour Décadrages
______________________________________________

------------------------------------------------------------

Comme l’écrivait Hélène Frappat, dans " Libération ", à la mort de Jacques Rivette en Janvier 2016 :

" Le hasard n’existe pas. La mort de Jacques Rivette, si proche de celle de David Bowie, nous apprend qu’ils ont, depuis la même planète peuplée de créatures félines, déplacé l’antique combat entre un art de prose et un art de poésie.

Le génie rivettien de la mise en scène, y compris lorsqu’il emprunte aux romanciers Balzac et Henry James, choisit la poésie. Mais, à l’instar de Bowie, il révolutionne cette dialectique classique en identifiant "poésie" et "féminin"."

------------------------------------------------------------

Notre invitée, Hélène Frappat, est philosophe, traductrice, écrivaine, critique de cinéma et l’auteure, en plus de ses romans, de divers ouvrages consacrés au cinéma dont deux à Jacques Rivette :

" Jacques Rivette, secret compris ", aux Editions des Cahiers du cinéma (2001)

" Trois films fantômes de Jacques Rivette3, aux Editions des Cahiers du cinéma (2002)

------------------------------------------------------------

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK