"Grâce aux contes, l'enfant s'inscrit dans sa société, à un moment donné, en un lieu donné"

La véritable histoire des contes de fées
5 images
La véritable histoire des contes de fées - © Tous droits réservés

Dans les " vrais contes ", ceux dont s’inspirent régulièrement Walt et ses successeurs, les happy ends ne sont pas du tout légion. Les morales sont sans concession, cruelles. Les contes cruels écrits à l’origine pour préparer les enfants à un monde difficile sont-ils devenus des contes de fées pour endormir nos enfants ?

Julie Grêde, auteure du livre La véritable histoire des contes de fées, paru aux éditions Jourdan, est l'invitée de Tendances Prem1ère

Après des études de lettres, elle devient libraire pendant plusieurs années avant de se consacrer à l’écriture. Les histoires, les livres, les contes et légendes bercent sa vie depuis toujours. Elle a décidé de les retrouver dans leur version originale.

Saviez-vous qu'au départ :

- Chez Andersen, la petite sirène n’épouse pas le prince Éric. Délaissée, elle devient écume plutôt que de sacrifier celui qu’elle aime.

- La Blanche-Neige du conte n’a que 7 ans et si sa belle-mère désire ses poumons, et non son cœur, c’est pour s’en goinfrer.

- La Belle au Bois dormant n’est pas embrassée, mais violée par son prince dans son sommeil. De cette " union " naîtront des jumeaux… que sa belle-mère cannibale tentera de dévorer.

- Les belles-soeurs de Cendrillon n’hésitent pas à se mutiler les pieds à l’aide d’un couteau de boucher afin de les faire entrer dans la pantoufle de vair.

- Pinocchio est loin d’être un gentil petit garçon. Il laisse Gepetto se faire emprisonner pour maltraitance et écrabouille Jiminy Cricket à l’aide d’un maillet…

Et non ils ne vécurent pas heureux jusqu’à la fin des temps !

A quoi servent les contes ?

Les contes sont issus de traditions orales, difficiles à dater. C'est une tradition mouvante, avec de nombreuses versions de chaque histoire. Ils ont été mis par écrit au 17e s par Charles Perrault puis au 19e s par les frères Grimm.

A l'origine, les contes ont une démarche éducative et morale. Ils mettent en garde contre les dangers. Ils enseignent à reconnaître le bien du mal. Ils sont là aussi pour apprendre à grandir, pour franchir des étapes, la puberté par exemple, comme l'explique Bruno Bettelheim dans sa Psychanalyse des contes de fées.

Dans les contes de fées, il y a un niveau de lecture pour chacun : les enfants ne les appréhendent pas comme les adultes. On peut y découvrir en seconde lecture beaucoup de choses d'un point de vue psychanalytique.

"Chez les enfants, les contes créent des archétypes, des personnages, des mouvements de pensée que chacun doit avoir : le prince charmant, la grand-mère, le dragon, le bon, le méchant, des figures qu'il faut incorporer quand on est enfant. L'enfant s'inscrit ainsi dans sa société, à un moment donné, en un lieu donné", précise Julie Grêde.

 

Les contes animés par Walt Disney

Pour illustrer ses dessins animés, Walt Disney s'est inspiré des ambiances européennes qui n'existaient pas dans la jeune Amérique (vieux villages, rues étroites, édifices anciens...).

Le film Les trois petits cochons est son 1er succès, grâce à son humour, sa chanson qui reste en tête. Walt Disney a été l'un des premiers à mettre l'accent sur les BO des films, en travaillant avec des musiciens de valeur. Chaque titre a son tube ! 

Les personnages secondaires acquièrent aussi un rôle important, comme dans Blanche-neige et les sept nains, créé en 1937, le 1er long métrage en dessin animé.

Walt Disney offre une vision machiste de la femme dans ses dessins animés. Mais dans les productions plus récentes, on constate que les archétypes sont de plus en plus souvent mis à mal : le prince charmant a par exemple beaucoup évolué, depuis que Walt n'est plus aux commandes.

Les studios Dreamworks reprennent les codes des contes de fées, mais les brisent d'une façon subversive, avec davantage d'humour, de parodie, pour mieux coller avec l'air du temps. 

Quelle est la place du conte lu aujourd'hui ?

On a toujours raconté des histoires aux enfants et on continue, mais ce ne sont plus des contes qu'on leur raconte en priorité. La littérature enfantine propose énormément de livres magnifiques, qui reflètent bien nos thématiques de société.

Notre société veut revenir aux racines, retrouver ce qui était bon dans l'ancien, d'où le retour du conte, des spectacles de rue, des soirées avec conteur... La dimension multiculturelle est de plus en plus présente, comme l'illustrent Aladdin ou Mulan chez Walt Disney. Les archétypes changent aussi, ce qui ne peut que ravir les parents que le point de vue rétrograde de certains contes rebutait.

 

Les conseils lecture de Julie Grêde :

Les Mille et Une Nuits, et leurs diverses versions.

Les contes d'Andersen, très poétiques et différents des dessins animés qui en ont été tirés.

Les réécritures modernes en romans,
par exemple Marissa Meyer et ses Chroniques lunaires
qui reprend les contes traditionnels à la sauce futuriste.

Ecoutez l'entretien entier...

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK