Godefroid Kurth, il a changé la manière de voir l'Histoire

Godefroid Kurth, il a changé la manière de voir l'Histoire
Godefroid Kurth, il a changé la manière de voir l'Histoire - © Tous droits réservés

Nous sommes en 1907. Dans le tome 37 de la « Revue des Deux Mondes », Georges Goyau, de l’Académie française, écrit :

" Ce fut grande fête à Liège, un jour de l’été dernier.

Des ouvriers et des savants, des prêtres et des hommes politiques, apportaient à M. Godefroid Kurth l’hommage de leur gratitude.

Avant qu’il ne descendît de la chaire d’université qu’il occupait avec éclat, il semblait que l’État et l’Église, que l’aristocratie intellectuelle et la démocratie catholique, voulussent l’honorer d’un dernier applaudissement.

On célébrait les services rendus par M. Kurth à l’enseignement universitaire, à l’histoire nationale et générale, à la philosophie catholique de l’histoire, à la cause du relèvement populaire : la science, la foi, la plèbe, manifestantes augustes, auxquelles jadis, d’un même élan, il avait donné tout son cœur, le félicitaient et le remerciaient. "

Un siècle plus tard, même si Arlon, sa ville natale, a donné son nom à une rue, les traces laissées par ce grand historien sont largement méconnues.

 

Invité : Vincent Genin, chercheur en histoire des relations internationales à l'ULG.

Exposition " Kurth " au Musée Gaspar, à Arlon.

 

 

 

 

 

 

Écoutez l'entretien ci-dessous...

Et aussi

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK