Futur simple: elle se fait poser un bras bionique, commandé par la pensée

On peut essayer d'imaginer le futur, et c'est ce que nous faisons chaque semaine. On peut aussi aller à la rencontre de ceux qui tracent la voie vers l'avenir Cet épisode raconte l'histoire d'une aventurière. Certains l'appellent la femme bionique : Priscille Déborah, triple amputée porte un bras artificiel, commandé par la pensée.

 Il y a 14 ans, je me suis réveillée sur un lit d’hôpital. Je n’avais plus de jambe et plus de bras droit.

 

À la voir comme ça, avec ses longs cheveux blonds et ses yeux qui rigolent, difficile de percevoir les épreuves à travers lesquelles Priscille Déborah est passée.Il y a 14 ans, je me suis réveillée sur un lit d’hôpital. Je n’avais plus de jambe et plus de bras droit ". Un accident de la vie, après lequel elle n’entrevoit plus d’avenir. Pourtant, contre toute attente, l’envie de vivre revient. En trois mois, grâce à des prothèses de jambes elle remarche, et reprend le fil de son histoire. Quatorze ans plus tard, Priscille Déborah s’est lancée dans une nouvelle aventure : une prothèse de bras bionique, un bras artificiel et robotisé, commandé par la pensée. 

Quand elle pense à un mouvement, le muscle se contracte, envoie une information au petit capteur qui est dans le manchon de la prothèse. Celui-ci envoie un signal électrique dans les micro-processeurs de la prothèse 

Le bras ressemble à une prothèse normale qu’on vient emboîter sur le moignon. Équipé de micro-processeurs et de robotique, le coude se plie, les doigts se referment et se tendent. Ce qui est différent, c’est qu’il a d’abord fallu opérer Priscille Déborah. Aller rechercher les nerfs qui sont reliés au cerveau et qui ont été sectionnés avec l’amputation et les regreffer sur les muscles restants dans le bras. Dans l’emboîture de la prothèse, des électrodes ont été installées. Ces électrodes sont en contact avec les muscles, à travers la peau. " Quand elle pense à un mouvement, le muscle se contracte, envoie une information au petit capteur qui est dans le manchon de la prothèse. Celui-ci envoie un signal électrique dans les micro-processeurs de la prothèse " explique le Dr Edward de Keating-Hart, chirurgien de la main et des nerfs périphériques au centre de la main de l'hôpital Jules Verne à Nantes.

Quatorze ans après l’amputation, Priscille Déborah est encore en cours de rééducation. Il lui faudra deux ans pour apprendre à maîtriser sa prothèse et espérer retrouver un véritable confort de vie.

Épisode 1 : La rentrée du futur

Épisode 2 : Les prothèses du futur

Épisode 3 : Blue Origin ou comment Amazon pourrait coloniser l'espace

Épisode 4: Le climat du futur

Épisode 5: 2027, et si Facebook était une banque ?  

Épisode 6: La Mer du Nord en 2100

Épisode 7: Et si les algorithmes choisissaient, pour nous, le boulot parfait ?

Épisode 8: A quand le premier pas sur Mars  ? 

Épisode 9: La médecine du futur

Épisode 10 : La neige des alpes 

Épisode 11 : Le réchauffement climatique raconté aux enfants

Épisode 12 : la Silicon Valley, foyer du transhumanisme

Épisode  13 : climat et migration

Épisode  14 : demain, tous dopés ? 

Épisode  15 : elle se fait poser un bras bionique, commandé par la pensée

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK