Formation d'un gouvernement : l'Irlande, encore plus mauvaise élève que la Belgique

L’Irlande du Nord possède un record mondial peu enviable, qu’il a ravi à la Belgique, d’ailleurs. Cela fait près de trois ans que les Nord-Irlandais sont sans gouvernement. Un record toujours en cours, Sandro Calderone vous explique pourquoi dans l'Oeil de Matin Première.

 

En Belgique, le compteur s’était arrêté à 541 jours sans gouvernement. C’était entre 2010 et 2011. Record pulvérisé par l’Irlande du Nord. Ils en sont là-bas aujourd’hui à 1065 jours sans gouvernement. Une impasse politique interminable.

Quelle est l’origine de cette crise politique en Irlande ?

Machine arrière toute, retour au 9 janvier 2017. Ce jour-là, le gouvernement local nord-irlandais tombe, à la suite d’un scandale politico-financier qui a déchiré les deux partis qui se partagent le pouvoir. Le Sinn Fein est très remonté contre le DUP comme l’illustre cette déclaration de l’époque à l’Assemblée nord-irlandaise.
 

Catholiques versus protestants

Le Sinn Fein est un parti nationaliste catholique. Il prône la réunification de l’île d’Irlande. En face, le DUP est un parti protestant unioniste. Il milite pour le maintien de l’Irlande du nord au sein du Royaume-Uni. Ce sont les plus grands partis dans leur communauté respective. Les plus radicaux aussi. Mais ils sont condamnés à s’entendre.

En effet, ils se partagent la gouvernance de l’Irlande du nord, tel que prévu dans l’accord du Vendredi Saint, un accord qui en 1989 a mis fin à 30 ans de violences entre catholiques et protestants.

Trois ans sans gouvernement

Cela fait même une dizaine d’années que leurs relations se dégradent progressivement. Et le Brexit a tout aggravé. Le Nord-Irlandais, dans leur grande majorité ont voté contre le Brexit. Le retour d’une frontière entre les deux Irlande a ravivé, chez beaucoup, la peur des violences communautaire. Pourtant, le DUP, lui, est favorable à une sortie de l’Union.

En 2017, il est devenu un allié du parti conservateur britannique, du temps où Theresa May cherchait une majorité pour faire voter le Brexit.
Tout ça alors que le Sinn Fein est farouchement opposé au Brexit.

Des conditions difficiles

Et à l’heure où les négociations reprennent, il règne en Irlande du Nord un optimisme modéré…

En effet la donne politique a changé depuis les élections britanniques de la semaine dernière. D’abord, le parti conservateur de Boris Johnson a décroché une large majorité et il n’a plus besoin des élus du DUP pour voter le Brexit. Un DUP, fragilisé, d’autant qu’il a perdu beaucoup d’électeurs, visiblement, courroucés par la crise politique qui paralyse le pays. Notez que le Sinn Fein a vécu le même sort.
Le premier ministre de la République d’Irlande, Leo Varadkar a d’ailleurs même comparé les résultats chez ses voisins nord-irlandais, à la tectonique des plaques…
 

Les plaques tectoniques bougent lentement et soudain plus rapidement à cause de la réaction au Brexit. En Irlande du Nord, lors des 3 dernières élections, on va vu des mouvements. Désormais, ni les nationalistes ni les unionistes n’ont la majorité et on voit des partis centristes qui s’étendent ; ça c’est un changement.


Autrement dit, le Sinn Fein et le DUP n’ont d’autre choix maintenant que de s’entendre pour calmer l’ire de leurs électeurs.
Londres l’a bien compris. Le gouvernement britannique menace d’organiser des élections locales en Irlande du Nord à la mi-janvier, faute d’accord.
 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK