Façons de voir, la nouvelle émission dédiée aux arts visuels, chaque jeudi dans Par Ouï-dire, sur La Première

Une émission présentée en alternance par Fanny Lacrosse, Fabrice Kada, Christine Van Acker
Une émission présentée en alternance par Fanny Lacrosse, Fabrice Kada, Christine Van Acker - ©

Façons de voir se propose d’être une exploration en feu d’artifice des arts visuels par le son.

Façons de voir donne la parole à tous les acteurs des arts plastiques et de l’architecture en Belgique francophone et au-delà : artistes, commissaires d’expositions, responsables d’institutions culturelles, galeristes, architectes… et bien sûr au public.

Façons de voir c’est une équipe curieuse et enthousiaste composée par Fabrice Kada, Fanny Lacrosse et Christine Van Acker, réalisateurs aux grandes oreilles, qui s’autorisent le temps de l’écoute et du partage.

Façons de voir est diffusée tous les jeudis, à 22h, dans Par Ouï-Dire sur La Première, et en podcast sur Auvio. La première partie est consacrée aux arts plastiques et la seconde à l’architecture. Avec le dernier jeudi du mois, un florilège des séquences sur l’architecture.

Façons de voir est soutenue par la Fédération Wallonie-Bruxelles, Direction des Arts plastiques contemporains et Cellule architecture.


>> Découvrez les trois premiers numéros >>

Façons de voir : Evelyn Axell / Le Collectif Traumnovelle

" J’ai envie de produire librement des images traduisant la passion sous toutes ses formes et simultanément si brillantes qu’elles aiguisent l’appétit des masses " Evelyne Axell

Façons de Voir vous emmène, en première partie d’émission, à la découverte de l’univers pop érotique d’Evelyne Axell à qui le Delta de Namur consacre une exposition jusqu’au 26 janvier 2020. Une artiste peintre qu’un tragique accident de voiture arrache brutalement à sa carrière prometteuse en 1972 et que l’Histoire avait quelque peu oubliée…

Claudine Laroche – comédienne et amie d’Evelyne Axell -, Isabelle de Longrée – curatrice de l’exposition au Delta – et Ulsoff Claas – restaurateur de ses œuvres-, nous parlent du parcours atypique de cette femme artiste et de la puissance de son œuvre féministe au cœur de l’effervescence des années 60…

Plus d’infos sur l’exposition Evelyne Axell – Méthodes POP

Dans un second temps, Façons de Voir emprunte les chemins de l’architecture à la rencontre de Léone Drapeaud qui nous parle du Collectif Traumnovelle ; un trio de jeunes architectes militants qui s’emparent des outils de l’architecture et de la fiction pour questionner notre monde contemporain et réfléchir à celui de demain qui, lui, reste à bâtir…

Réalisation : Fanny Lacrosse

Façons de voir : Roger Ballen et Ronny Delrue / La Berle

Visite de l’exposition Roger Ballen – The Theatre of the Ballenesque à la Centrale for contemporary art (Bruxelles), à voir jusqu’au 14 mars, ainsi que des expositions Correspondances de Ronny Delrue à la Centrale et au SMAK (Gand), jusqu’au 19 janvier.

The Theatre of the Ballenesque propose une immersion dans l’univers singulier de Roger Ballen et rassemble des photographies, des vidéos et des installations – avec des éléments chinés aux puces de la place du Jeu de Balle. Elle invite le visiteur à un voyage dans un théâtre de l’absurde, à la recherche des mystères de l’âme et de la condition humaine.

Diplômé en psychologie et en géologie, l’artiste américain vit depuis plus de 30 ans en Afrique du Sud. Il s’est fait connaître sur la scène internationale avec ses photographies à la frontière entre documentaire et mise en scène : portraits de marginaux, dessins et graffitis sur les murs d’intérieurs délabrés, fils électriques, lumières crues, animaux… Ces dernières années, l’univers de Roger Ballen s’est étendu à d’autres médiums comme la vidéo, le collage, la peinture ou l’installation.

Les expositions Correspondances de l’artiste belge Ronny Delrue – peintre, dessinateur et sculpteur – présentent un dialogue entre ses œuvres et celles d’artistes de différents pays : Roger Ballen (Afrique du Sud) et Christine Remacle (Belgique) à la Centrale, Martin Assig (Allemagne), Salam Atta Sabri (Irak), Sanjeev Maharjan (Népal), Mithu Sen (Inde) et Roger Ballen au SMAK.

Photo : Roger Ballen – Five hands

Nous parlons ensuite d’architecture avec le portrait de La Berle, une maison rurale multiservice située à Berloz en Province de Liège, imaginée par les architectes Georges-Eric Lantair, Damien Henri et Bertrand Evrats, et inaugurée l’été dernier. La Berle a remporté le Grand Prix d’Architecture de Wallonie 2019 dans la catégorie "Bâtiment public à usage collectif".

Avec : Roger Ballen, Ronny Delrue, Carine Fol, Stéphane Roy, Philippe Van Cauteren, Alain D’Hooghe, Georges-Eric Lantair, Damien Henri, Michel Jadoul, Joseph Dedry, Béatrice Moureau.

Réalisation : Fabrice Kada

À voir
The Theatre of the Ballenesque de Roger Ballen et Correspondances de Ronny Delrue à la Centrale for contemporary art, jusqu’au 14 mars 2020
Correspondances de Ronny Delrue au SMAK (Gand), jusqu’au 19 janvier 2020

À lire
Ballenesque. Roger Ballen : a retrospective, Thames & Hudson.
Outland, Roger Ballen, Phaidon.
Correspondances I & II, Ronny Delrue, Hannibal / SMAK.

Façons de voir : Hyperrealism à La Boverie / Architects at play au CIVA

Jusqu’au 3 mai 2020, l’expo Hyperrealism – Ceci n’est pas un corps permet aux visiteurs de La Boverie, à Liège, de découvrir les œuvres des artistes majeurs du courant hyperréaliste né dans les années 1970 : Duane Hanson, Paul Mc Carty, Ron Muek, Patricia Paccinini, Kazuhiro Tsuji, Berlinde DeBruyckere… parmi tant d’autres.

Focus sur Fabien Mérelle, artiste français, né en 1981. Son univers onirique, décalé, parfois humoristique, est nourri des contes et légendes de sa région natale ; les règnes du monde vivant, mais également le minéral s’y confondent.
 

L’exposition Architects at play, au CIVA, à Bruxelles, constitue l’aboutissement d’une recherche sur le jeu et l’imaginaire, les expériences construites et les récits mythologiques. Elle est principalement dédiée à l’idée de 'Faire Monde' et initie la rencontre entre deux personnages : celui de l’architecte et celui de l’enfant.
Un lieu enfant admis où il est permis de jouer dans le sable, de dégringoler d’un toboggan, de s’inventer des maisons, de se retrancher dans sa cabane, ou tout simplement de rêver à d’autres mondes possibles. Jusqu’au 9 février 2020.

Réalisation : Christine Van Acker
Mixage, traduction, musiques : Thierry Van Roy

Lecture extraite de L’en vert de nos corps, Christine Van Acker, à paraître à l’Arbre de Diane, en mars 2020

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK