Facebook, futur cupidon de la nouvelle génération?

Facebook, votre futur cupidon ?
Facebook, votre futur cupidon ? - © https://pixnio.com

Annoncé par Mark Zuckerberg lors de sa dernière Keynote, Facebook va bientôt proposer une application de rencontre. Une nouvelle fonctionnalité intégrée mais qui restera optionnelle pour permettre de chercher des connexions en-dehors de son cercle d'amis, et d’établir "des relations durables et pas des coups d'un soir" dixit le patron de Facebook. Gilles Quoistiaux, journaliste chez Trends Tendance a fait le point sur cette nouvelle option.

Concurrence frontale avec Tinder

Facebook n’invente rien, en effet des applications comme Tinder, Happn ou Meetic ont envahi le marché depuis longtemps. Cependant le groupe Match qui possède notamment Tinder et Meetic a enregistré dernièrement une baisse de 20 % en bourse. Une dégringolade qui pourrait dès lors profiter à la machine Facebook qui pourrait faire des ravages dans ce secteur avec ses 2 milliards d'utilisateurs mais surtout avec ses 200 millions référencés comme célibataires.

Facebook est-il crédible ?

La difficulté avec Facebook c’est qu’on y est beaucoup plus identifiable que sur Tinder. Les futurs "matchs" pourront dès lors très vite savoir beaucoup plus de choses sur vous (âge, amis, profession, ce que vous likez, etc.). Il sera donc plus difficile " d'enjoliver " son profil ou de se présenter sous un jour plus favorable.Ce qui de fait, tient vu les propos de Zuckerberg qui parle d’une application qui favorisera plus les "relations durables" que les coups d'un soir ou l’application risque d'être moins adaptée.

De plus Facebook vise plutôt la catégorie des trentenaires qui cherchent à se mettre en couple car cette tranche d'âge correspond mieux au profil des utilisateurs de Facebook que ceux de Tinder, plus jeunes.

 

Un algorithme de l’amour ?

Avec la crise de confiance qui entoure Facebook suite au scandale de fuite de données privées, pas sûr que les utilisateurs aient suffisamment confiance pour utiliser l’application à ce type de fins.

Du coup, Gilles Quoistiaux a soulevé trois grands problèmes qui se posent devant le géant Facebook.

1. Comment l'algorithme va-t-il nous mettre en relation ?

En effet quelles seront les données utilisées pour trouver notre âme sœur, la géolocalisation, les préférences, les centres d'intérêt, les pages qu'on like ?

2. Ensuite que va faire Facebook de toutes ces données ?

Etant donné que le modèle de business de Facebook c'est d'utiliser les données pour en faire des profils publicitaires, que va-t-il faire des données de tous ces célibataires ? Facebook aura-t-il accès à vos préférences sexuelles et à l'historique de vos chats pour vous proposer des pubs "adaptées" à ces préférences ?

3. Ces données sont-elles en sécurité ?

Après Cambridge Analytica, rien n'est moins sûr. A-t-on envie de prendre le moindre risque par rapport à ce type de données très sensibles ?

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur l'application de rencontre lancée par Facebook, réécoutez la chronique de Gilles Quoistiaux dans les Décodeurs

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK