Nathan Lallemand: "Sharefood est un projet social porteur de sens"

Selon Bruxelles environnement, au niveau mondial, un tiers de la nourriture produite pour la consommation humaine n’est pas consommé, mais jeté.
2 images
Selon Bruxelles environnement, au niveau mondial, un tiers de la nourriture produite pour la consommation humaine n’est pas consommé, mais jeté. - © Sharefood

Share food, une jeune ASBL bruxelloise, s’est spécialisée dans l’organisation et le transport d’invendus alimentaires sur la région de Bruxelles. Née à l’initiative d'un groupe d'amis, cette ASBL distribue en moyenne 10 tonnes de nourriture par an aux plus démunis. 

Share food, c’est le projet d’une bande de potes désireux de "lancer un projet social porteur de sens".  Créée en 2015, l'ASBL compte une dizaine de bénévoles (en plus d’une dizaine de membres fondateurs) qui assurent 5 livraisons d’invendus alimentaires par semaine. Animée par la volonté de se lancer dans le milieu associatif, cette bande d’amis a décidé d’opter pour le secteur de la redistribution alimentaire pour son "double impact positif" : "Initialement, nous étions un groupe de potes avec l’envie de se lancer dans un projet social porteur de sens. Et assez rapidement, la problématique de la redistribution alimentaire s’est imposée dans la mesure où ce secteur a un double impact positif : la lutte contre le gaspillage alimentaire et la lutte contre la précarité et l’insécurité alimentaire à Bruxelles", explique Nathan Lallemand, l'un des fondateurs, au micro de Cédric Wautier.

"Près de 4 millions de tonnes de nourriture propre à la consommation jetés par an "

Les grandes enseignes travaillant déjà avec des banques alimentaires, Share food opère à plus petite échelle. Grâce à ces bénévoles, ce sont plusieurs dizaines de personnes qui sont nourries quotidiennement. Ceci étant, est-ce vraiment au milieu associatif qu’il revient de s’occuper de ce genre de choses ? Une interrogation partagée par Nathan Lallemand qui évoque quant à lui la nécessité de travailler main dans la main avec les pouvoirs publics : "Je pense que la réponse des pouvoirs publics est insuffisante lorsqu’on aborde une problématique aussi large que le gaspillage alimentaire et les besoins en aide alimentaire. C’est souvent au milieu associatif qu’il incombe de combler un manque. On ne pense pas apporter une réponse à nous seuls. On essaye d’alléger, dans la mesure du possible, un problème profondément ancré dans notre société. Je pense qu’aujourd’hui, il y a un réel besoin de coordination pour faire face à cette problématique tant sociale qu’environnementale"

Un nouveau projet : Un frigo pour tous

En plus de vouloir accroître leur volume de livraison en rassemblant plus de bénévoles, l'ASBL s'est récemment lancé un nouveau défi. Contactée par "un groupe de personnes super motivées" voulant lancer le projet d’un frigo solidaire, Share food compte s’impliquer au-delà de la dimension de la simple redistribution de produits alimentaires. "Grâce au CPAS de Saint-Gilles, un local a été mis à disposition pour stocker nos invendus. On compte désormais organiser des distributions de nourriture directement là-bas en y installant un frigo collectif.  Le but est de favoriser la cohésion sociale en faisant de cet endroit un lieu convivial".

Si vous désirez devenir bénévole ou obtenir plus d’informations, rendez-vous sur leur site internet ou sur leur page facebook.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK