Eve, la femme qui a ouvert les portes de la connaissance

Dans son nouveau roman sobrement intitulé "Eve", Marek Halter met en scène la " première femme, mère de l'humanité ", ce personnage essentiel de la Genèse, berceau des croyances juives et chrétiennes. Celle qui, dans le jardin d’Éden aux côtés d'Adam, a goûté la première au fruit défendu de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, tentée par le Serpent. La longue lignée des femmes paiera un lourd tribut historique à ce que Marek Halter dénonce comme une méconnaissance ou une interprétation biaisée des Écritures. A l'encontre du mythe du péché originel théorisé par St Augustin et ses conséquences sur la doctrine de l’Église et, plus largement, de la longue histoire de la misogynie des trois religions du livre, se dessine le portrait d'une Eve qui représente le courage de braver les interdits pour aller vers la conscience et la liberté, coûte que coûte.

Invité : Marek Halter " Eve " aux éditions Robert Laffont

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK