Et si on suivait quelques principes chinois pour ralentir notre course ?

 Et si on suivait quelques principes chinois pour ralentir sa vie ?
Et si on suivait quelques principes chinois pour ralentir sa vie ? - © Tous droits réservés

Christine Cayol, une philosophe qui vit à Pékin, nous propose d'adapter quelques principes de la philosophie chinoise à notre façon de vivre. Les explications avec Christiane Thiry, de Psychologies Magazine Belgique.

Sept conseils précieux, à la chinoise, c'est à dire en pleine conscience :

Arriver avec dix minutes d'avance à un rendez-vous

En Chine, être en avance est considéré comme une marque de courtoisie, car on montre à la personne qu'on prend le temps pour elle. Et c'est bénéfique aussi pour soi : ce temps de pause permet d'observer les détails de l'environnement et de s'y adapter, de se détendre, de se préparer mentalement à la rencontre, d'atteindre une concentration intérieure qui permet de gérer plus que ce qu'on imagine. 

Christine Cayol conseille aussi d'essayer de se rendre au travail en marchant, en pleine conscience, en prenant le temps d'observer. Et si ce n'est pas possible, d'essayer sur la journée de faire quelques exercices et de marcher.
 

Se reconnecter avec la nature en ville

Il est très fréquent de voir en Chine des habitants danser dans les jardins publics ou faire des exercices de méditation. Oser arrêter sa course ne peut que nous faire du bien.
 

Faire des exercices au lever et au coucher, pour commencer et finir la journée en douceur, pour gagner en sérénité et en tonus, pour se reconnecter à soi et au monde.

On peut faire de petits exercices faciles, comme le massage de la main, dérouler la colonne vertébrale, monter les escaliers, faire des respirations en pleine conscience...
 

Se libérer de la tension liée aux objectifs

"Les Occidentaux sont malades de leurs objectifs", regrette Christine Cayol. Ils croient lâcher prise en pratiquant le yoga ou le tai-chi alors qu'ils restent dans l'esprit du but à atteindre : maigrir, réduire le stress... 
 

Apprendre à improviser sans stresser

Les Chinois ne dramatisent pas lorsqu'un événement imprévu survient. Il suffit d'être prêt à s'adapter en faisant confiance à l'intelligence collective.
On est tellement programmés et verrouillés dans nos têtes qu'on perd vite les pédales... Voyons l'imprévu comme une opportunité et non comme une menace !
 

Garder des plages vides dans notre agenda

Même si on ne sait pas encore à quoi on va les occuper : se détendre, méditer, passer quelques coups de fil... L'idée étant de rester maître de son temps, de le choisir. Il faut calmer le rythme, comme le font les Chinois qui considèrent que le temps c'est un continuum, un flux permanent, où il n'y a pas de début, pas de fin.
 

Avoir un planning indicatif et pas contraignant

La sagesse chinoise consiste à conserver une souplesse et une liberté face à l'idée d'emploi du temps. La deadline doit être indicative et non impérative. 

 

Bref prêter une attention quotidienne au fait de prendre soin de soi !

A lire : Pourquoi les Chinois ont-ils le temps ?, de Christine Cayol (Ed Tallandier)

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK