En Prem1ère Ligne : Les sites de rencontre révèlent nos préjugés

Sites de rencontre
Sites de rencontre - © Google

Les sites de rencontre multiplient les possibilités de trouver l’âme sœur mais ils seraient loin de faire tomber les barrières sociales.

Une analyse des interactions entre utilisateurs révèle même des comportements plutôt stéréotypés et une prédominance de l’image dans les éléments qui fondent les jugements. Robin Cornet en parle à 8h40 avec Catherine Lejealle, docteur en Sociologie, spécialiste de l'utilisation des technologies et qui a notamment étudié les rencontres sur internet.

La démarche est controversée. Le fondateur du grand site de rencontre américain OK Cupid a utilisé les données de 25 millions d’utilisateurs pour tirer des statistiques sur la façon dont membres interagissent. Qu’est-ce qui explique qu’un utilisateur ait du succès alors qu’un autre est ignoré ? Sommes-nous aussi ouverts à la différence qu’on le prétend ? Deux constats ressortent. L’image joue rôle majeur. Et les utilisateurs cherchent avant tout à rencontrer des gens qui leur ressemblent.

Les sites de rencontre ne permettraient de faire tomber les barrières sociales. La plupart des utilisateurs cherchent à entrer en contact avec des gens fréquentant le même milieu social. Autre constat : nous serions davantage attirés par des personnes qui nous ressemblent physiquement. Christian Rudder, le fondateur d’OK Cupid, note que les femmes noires ou les hommes orientaux rencontreraient plus de difficultés à trouver un partenaire. Les femmes ont pourtant tendance à être plus attirée par hommes de la même origine ethnique qu’elles. C'est un peu moins vrai pour les hommes mais ils ont tout de même tendance à trouver des profils semblables plus attractifs.

Les statistiques confirment aussi quelques clichés : ainsi les hommes chercheraient souvent à rencontrer des femmes plus jeunes. Qu’ils aient 25 ans ou 50 ans, les hommes auraient toujours pour idéal une jeune femme d’environ 22 ans.

Le livre de Christan Rudder s’appelle "Dataclysm". Il est sous-titré : "Qui nous sommes, lorsque l’on pense que personne regarde".

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK