Du Parc du Cinquantenaire à Perth à vélo ou l'incroyable voyage d'Arnaud Maldague

Du parc du cinquantenaire à Perth à vélo ou l'incroyable voyage d'Arnaud Maldague
3 images
Du parc du cinquantenaire à Perth à vélo ou l'incroyable voyage d'Arnaud Maldague - © Tous droits réservés

Ce mardi 26 décembre dans Globe croqueurs, Benjamin Luypaert parle voyage, écologie et découverte. À ses côtés, Arnaud Maldague, il a parcouru près de 13 000 km à vélo. Pour son prochain voyage, il souhaite sensibiliser le plus grand nombre aux problèmes environnementaux. 

Derrière le micro de Benjamin Luypaert, on découvre un jeune homme de 28 ans, discret presque introverti. Arnaud Maldague est un jeune étudiant en sciences économiques. Il a envie de voir du pays depuis toujours et tout se précipite lorsqu’il reçoit un coup de fil d’un ami : "J’aimerais parcourir un bout du monde, à vélo ça te dit?".

Un coup de fil, ni plus ni moins, 1 mois après notre jeune bruxellois donne le premier coup de pédale d’un voyage de 9 mois. 13 000 km parcourus pour rejoindre Perth en Australie et 3 mois de vadrouille en solo.

Pour son voyage, Arnaud compte entre 1500 et 2000€ de matériel et environ 400€ par mois. En vrais explorateurs, les 2 camarades dorment chez l’habitant, une solution économique mais aussi une opportunité pour faire des rencontres.

Voyage synonyme de rencontres...

Sur leur route, un musicologue néerlandais dont un de ses travaux de fin d’études n’est autre qu’un vélo musical. En moins de temps qu’il ne faut pour prononcer le mot "musique", le Néerlandais enfourche son vélo. Une situation absurde et néanmoins symbolique pour le début de cette odyssée à 2 roues.

... et d'imprévus

À Bakou, ils se retrouvent face à la mer Caspienne qu’il faut traverser. Le port de Bakou n’a pas beaucoup d’intérêt selon Arnaud Maldague, "un simple port pétrochimique".

Arnaud et son compagnon de route embarquent dans la cabine d’un pétrolier, une traversée d’une durée de 24 heures, mais lorsqu’on porte le nom de "Maldague", l’imprévu est forcément de mise. Face à une violente tempête, le navire est obligé d’amarrer. Le périple durera 3 jours. Heureusement, à bord du bateau, 2 journalistes de Geo Magazine leur tiennent compagnie. De longues discussions, de longues rêveries s’ensuivent. Pour compléter ce joyeux bordel, un livre de Luc Tesson et une bouteille de vodka.

Naissance d'un nouveau projet

Entre les pattes de poulets, les karaokés et les pneus crevés, il y en a des anecdotes à raconter mais dans la tête de notre globe-trotteur il y a surtout des projets. Le prochain s’intitule "The Manneken Trip".

Cette fois-ci, Arnaud va traverser l’Amérique du Nord et du Sud. Le challenge consiste à changer régulièrement de moyen de transport sans jamais utiliser d’essence ni de véhicule motorisé. Le ski de randonnée nordique et le snowkite, le kayak, l’équitation, la voile, le vélo et la marche, tous les moyens sont bons pour relier Kugaaruk (au nord du Canada) à la Patagonie. Cette expérience se terminera en 2020, une année qui correspond à la date butoir pour l’atteinte des premiers objectifs des accords de Paris pour le climat.

Sur sa route, Arnaud Maldague aimerait promouvoir les initiatives vertes et écologiques. Arnaud souhaite prouver à tous les sceptiques, que chaque homme (à son échelle) peut sortir de sa zone de confort et préserver notre planète. Dans ce but, il prévoit de rencontrer des artistes, des scientifiques, des citoyens tous à l’origine d’actions environnementales.

Retrouvez l'interview dans son intégralité

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK