Du côté de la Terre Same

Du côté de la terre Same
2 images
Du côté de la terre Same - © Tous droits réservés

En hommage à René Farabet.

René Farabet nous fait entendre le froid. En 1989, il s’était rendu en Laponie avec Kaye Mortley chez les Sames ou Sami. René Farabet, principal producteur des Ateliers de Création Radiophonique sur France Culture de 1969 à 2001, nous a quittés cet été.
 

Du côté de la Terre Same

"Une terre, dont les frontières ne sont dessinées sur aucune carte, mais qui n’est pas mythique pour ces gens contraints, au cours des âges, de se replier jusqu'aux limites de la glace.

La nuit de décembre les cache, la neige semble étouffer les voix, les cris.

L’approche ne peut être que lente et douce : des tableaux surgissent l’un après l’autre et s’évanouissent dans le blanc, le silence - dans la tête de celui qui écoute.

Et voici : le vieil homme philosophe à voix haute, le trappeur égrène des souvenirs dans sa hutte, le maître d’école cisèle la langue pour des bouches enfantines, pendant que tout autour les rennes jouent leur partition de sabots et de gorges.

Un peu plus loin, des chasseurs du dimanche, venus d’ailleurs, font la fête mais, sous la neige, des pas furtifs crissent et des bonnets se lèvent pour guetter un ciel fantomatique et magique.

Minorité éparpillée que la radio relie, et la mémoire : ils demandent qu’on laisse parler en eux leur histoire et qu’on respecte leur identité.

Dans de nombreuses régions du monde d’aujourd’hui, la même question se pose aussi ..."

Du côté de la Terre Same – par René Farabet et Kaye Mortley

Ateliers de Création radiophonique - 1989
___________________________________

 

 

René Farabet a profondément influencé la création radiophonique, confiant à la fiction comme au documentaire, et souvent de manière hybride, le pouvoir d’entraîner l'auditeur dans des mondes inouïs profondément poétiques.

Qu'on l'ait croisé comme metteur en scène ("Autour de Monsieur Teste" de Paul Valéry au Festival de Montpellier 1985, "La Vie mode d’emploi" de Georges Pérec au Festival d’Avignon 1988), comme auteur de documentaires dont les œuvres ont été primées (Prix Italia, Futura, Ondas, Europa, Gilson), comme écrivain (" L'acteur et la parole", "Bref éloge du coup de tonnerre et du bruit d'ailes", "Théâtre d'ondes, théâtre d'ombres", "Gauguin, l'ultime question"), c'est toujours la même rigueur qui le conduisait.

Il a reçu le Grand Prix de la SCAM en 1993 pour l'ensemble de son œuvre dont : "Comment vous la trouvez ma salade ?", "L'ai-je bien descendu, l'avons-nous bien monté ?", "Cordoba Gongora", "Paroles du dedans", "Les Bons samaritains", "Voyage en terre Same", "Une étoile nommée absinthe", etc.

Comme sculpté par Giacometti, il marchait l'oreille tendue, souriait de façon désarmante, livrait avec préciosité et générosité ses réflexions sur un monde sonore qui lui était essentiel : "La radio pour ceux qui acceptent simplement que ralentisse en eux le flux journalier, qui acceptent de partir en voyage, et qui laissent un peu de nuit entrer dans leurs yeux..." (extrait de "Théâtre d'ondes, théâtre d'ombre", éditions Champ Social).

(Extrait d'un article de France Culture
La mort de René Farabet, inoubliable figure des Ateliers de Création Radiophonique)

Ecoutez Du côté de la Terre Same.
 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK