Dow Jones, l'indice vedette de la bourse de New York

Dow Jones, l'indice vedette de la bourse de New York
Dow Jones, l'indice vedette de la bourse de New York - © BRYAN R. SMITH - AFP

Tous les jours, on vous parle du Dow Jones dans nos chroniques boursières. L’indice vedette de la bourse de New York bat des records depuis quelques semaines et pourtant, il intéresse plus les médias que les professionnels.

Il a un défaut majeur, l'indice Dow Jones, c'est qu'il est très peu représentatif de l'économie américaine. Essentiellement parce qu'il se compose de seulement 30 valeurs. De grosses valeurs comme Apple, Caterpillar, Boeing ou encore Exxon Mobil, mais 30 valeurs c'est trop peu. Ce qui gêne aussi Bernard Keppenne, chef économiste de CBC Banque, c'est la surreprésentation de valeurs financières et pétrolières dans cet indice : "le secteur financier profite très clairement de l'élection de Trump aux États-Unis et à une tendance de remontée des taux d'intérêts. Il y a un double effet qui se manifeste [...] Cette remontée joue aussi sur le secteur énergétique et a également un impact sur cet indice."

Ajoutons qu'à la différence des autres grands indices boursiers du monde, le Dow Jones ne donne pondère pas les sociétés cotées en fonction de leur capitalisation boursière. Les mouvements du géant informatique Apple comptent autant que ceux de la banque Goldman Sachs, qui vaut pourtant six fois moins en Bourse.

 

Les indices boursiers américains que les professionnels utilisent pour évaluer la santé des sociétés cotées américaines

Pour Benard Keppenne, pas de doute, c'est l'indice Standard and Poors 500. Il est plus large avec une meilleure répartition sectorielle. Et pour prendre le pouls du secteur technologique, il donne un rapide coup d’œil sur l'indice Nasdaq. Idem pour Frank Vranken, stratégiste de la banque privée Puilaetco Dewayi : "On préfère regarder un indice bien plus large comme le S'N'P500 par exemple. On regarde aussi le Nasdaq si on parle technologie, le seul pays qui est vraiment important c'est les Etats-Unis. Bien entendu, il y a aussi le Russell 2000 qui reprend les sociétés de petite et moyenne taille. C'est un indice qui peut nous montrer l'engouement pour les valeurs plus petites, des valeurs plus cycliques qui peuvent révéler certaines tendances."

 

Le Dow Jones reste une référence

C'est un mythe. Cet indice Dow Jones a vécu tous les grands bouleversements du 20e siècle puisqu'il a été créé en 1896. Il comptait alors 12 valeurs, une seule en fait encore partie aujourd'hui c'est General Electric. Pour vous donner une idée, les grands indices européens comme le CAC 40, le Dax allemand ou le Footsie britannique n'ont été créés que dans les années 1980.

Quelques moments phares de son existence ?

Le 28 octobre 1929. Le fameux Jeudi Noir, l'indice chute perd 13% en un jour. Plus près de nous, le 19 octobre 1987. Le Lundi Noir, l'indice perd pratiquement 23% en une journée. Le 29 mars 1999 il franchit les 10.000 points et le 25 janvier dernier, il saute les 20.000 points.

 

Michel GASSEE

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK