Dimanche, un jour de repos en famille. Vraiment ? Courez au théâtre !

Dimanche, un jour de repos en famille. Vraiment ? Courez au théâtre !
3 images
Dimanche, un jour de repos en famille. Vraiment ? Courez au théâtre ! - © VIRGINIE-MEIGNE

Oyez, oyez. Crions à l'urgence climatique et aux contradictions des locataires de la Terre. Notre Terre. Nos contradictions. Un cri particulier : il s'exprime sans paroles. Comme le cri de Munch à ceci près que l'angoisse existentielle s'exprime au théâtre et comporte des scènes d'une drôlerie...sans nom. Voilà le thème de Dimanche. Le fruit d'une collaboration inédite entre Julie Tenret (compagnie Focus), Sicaire Durieux & Sandrine Heyraud (compagnie Chaliwaté) où les marionnettes rencontrent le mime et le théâtre objet. Ces trois-là ont visiblement beaucoup à partager et leur projet est un cadeau pour les yeux.

C'est l'histoire d'une famille qui s'apprête à passer un dimanche à la maison. Dehors, les éléments se déchaînent. Le froid. La chaleur. La pluie. Le vent. Et à chaque fois, on peut y accoler l'adverbe "trop". Trop froid, trop chaud, trop venteux, trop pluvieux. Vous avez dit réchauffement du climat ? Et bien oui, ils le savent tous sur scène. Mais ils se débattent jusqu'à l'absurde pour continuer à vivre leur vie. Et c'est décalage-là que Dimanche nous donne à voir.

Le sujet est d'une actualité brûlante mais il ne suffirait pas à faire un bon spectacle. Et Dimanche en est un. Le rythme est soutenu ; les scènes se succèdent dans leur drôlerie et leur inventivité ; les acteurs mettent la gomme avec brio. J'aimerais en dire beaucoup plus mais ce serait priver la pièce de ses effets de surprise. Et il y en a un paquet.

Dans cet univers poétique et en mode crescendo, mention spéciale pour une ourse et son ourson, une grand-mère, la Callas, la scène de grand vent ou celle qui se passe ailleurs que SUR terre...Vous avez dit suspens ? Tout s'enchaîne sans que l'attention baisse. Là on est happé par le jeu des acteurs, là par une marionnette plus vraie que nature, là par le rire, là par la tendresse, là par la poésie...parce qu'on les aime ces humains qui se débattent. C'est cela aussi qui est attachant dans Dimanche, le jugement est absent. Et l'humain central. 

Dans cette pièce déjà bien animée se greffe une équipe de reporters animaliers en pleine préparation d'un documentaire sur la vie des dernières espèces vivantes. Eux-aussi se débattent. Quel autre choix ont-ils d'ailleurs ? En écho, sur grand écran, des passages de leur documentaire. Dans ces moments-là, l'image est magnifiée par la bande son.  

Pour le trio de créateurs, " la pièce se rapproche davantage d'une écriture cinématographique, avec des gros plans, des travellings, des plans larges, des zooms et bien d'autres transpositions d'espaces. Keaton & Chaplin ne sont pas loin ".

Le spectacle est le résultat d'un long travail de préparation où les deux compagnies ont mélangé leur savoir-faire. C'est aussi un point de vue sur le monde, sur ce réchauffement de plus en plus visible confirmé par les scientifiques, niés par certains. Dimanche va tourner en Belgique (Théâtre Royal de Namur, les Tanneurs à Bruxelles, la Maison de la Culture de Tournai) et partira ensuite pour un tour du monde au Royaume-Uni, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Australie, Canada, Hong Kong. Un rayonnement anglo-saxon liée à la présentation et au succès de la "version courte" du spectacle, Back Up, au festival Fringe d'Edimbourg en mars 2018. 

Dimanche, de et par Julie Tenret, Sicaire Durieux & Sandrine Heyraud
(compagnies Focus et Chaliwaté)
Une création du
Théâtre de Namur (jusqu'au 16 novembre)
Au
Théâtre des Tanneurs à Bruxelles du 19 au 30 novembre
A la
Maison de la Culture de Tournai les 3 & 4 décembre.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK