Des dentistes belges en mission humanitaire au Togo

Une clinique dentaire s'est ouverte à Lomé, Togo
Une clinique dentaire s'est ouverte à Lomé, Togo - © EODEC

Au Togo, de jeunes dentistes belges ont construit un dispensaire à Lomé et ont acheté un camion qu’ils ont transformé en cabinet dentaire ambulant. Depuis deux ans, des dizaines de dentistes belges consacrent une semaine de leurs vacances à soigner et opérer des enfants ou des villageois qui n’avaient jamais vu un dentiste ou une brosse à dents de leur vie. 

Le Togo est un petit pays d'Afrique de l'Ouest où il n'y a qu'une petite quarantaine de dentistes pour 6 millions d'habitants.

Le projet EODECEuropean Oral & Dental Education Center - est né il y a 10 ans dans la tête de deux dentistes belges. Ils ont récolté des fonds pour installer à Lomé un petit cabinet avec 2 fauteuils. Depuis, en 2016, une clinique super-équipée a vu le jour.

Des dentistes belges viennent régulièrement renforcer les équipes sur place. Ils arrivent pour une semaine ou deux, pour ausculter et soigner gratuitement des patients togolais, pour faire de la sensibilisation et de la prévention aussi.


Un projet humanitaire

C'est un projet humanitaire, explique Amaury de Vinck, les dentistes sont donc des bénévoles qui prennent sur leurs congés et doivent assumer leur billet d'avion.

Ils ont le choix soit de travailler dans les conditions d'un cabinet normal, avec air conditionné et équipement neuf, pour soigner les enfants de Lomé. Ils vont faire du dépistage dans les écoles et les orphelinats. Les parents doivent donner leur autorisation pour les soins si leur enfant est dépisté. 

Soit, s'ils sont plus baroudeurs, ils peuvent alors faire partie de l'unité mobile, un camion médical équipé d'une unité dentaire. Ils partent en-dehors de Lomé soigner les populations locales, des adultes qui ont des pathologies plus lourdes, des abcès, des extractions... 

C'est Angelo qui prévient le chef du voyage de l'arrivée du camion médical. Celui-ci avertit toute la population en 'gongonnant', en tapant sur le gong. "Les gens sont très très contents et viennent de loin, quelle que soit la distance, dit Angelo. Il y a des gens qui ne connaissent même pas ce qu'on appelle dentiste. Quand ils ont mal, il faut mettre quelques herbes et puis c'est fini, parce que nos grands-parents, c'est ça qu'ils avaient utilisé." 

 

Une expérience enrichissante

Des dentistes expliquent ce qui les motive à consacrer une semaine ou deux de leurs vacances à ce type d'initiative :

"C'est une expérience unique que tous les dentistes doivent vivre une fois, pour changer de notre zone de confort. Humainement parlant, on reçoit tellement plus que ce qu'on donne, c'est incroyable. Parfois, ils prennent la route à 5h du matin, ils marchent pendant longtemps et ils attendent au camion pour se faire soigner. Parce qu'il n'y a aucun accès aux soins de santé dentaires au Togo. Il faut tout payer, c'est cher, les rares dentistes ont une clientèle privilégiée et ne vont certainement pas soigner les enfants des rues ou des villages démunis."

"Dans des structures comme ça, on peut vraiment bien travailler. On a l'impression d'aider, d'être utile. (...) Et alors la rencontre avec les enfants ! Ils nous donnent mille fois plus que ce qu'on peut leur apporter. Leur sourire, leur générosité, leur confiance, leur abandon, c'est vraiment génial. C'est très différent des patients belges. Les patients belges sont beaucoup plus exigeants, plus revendicatifs, ils ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont. (...)
Ces gens sont d'un calme, même lors d'une grosse extraction. J'ai l'impression qu'il y a un rapport à la douleur ici qui est très différent, de par leur façon de vivre, leurs conditions de vie, la rudesse de l'existence... c'est la survie."

A noter que le 7 avril de chaque année, l'OMS attire l'attention sur le droit universel aux soins de santé. Un sujet crucial pour l'ONG Médecins sans Vacances qui travaille à l'amélioration des soins de santé dans 5 pays d'Afrique sub-saharienne à l'index de développement humain très bas : le Bénin, le Burkina Faso, la RDC, le Burundi et le Rwanda.

Retrouvez ici le reportage de Christophe Bernard et Françoise Wallemacq au Togo.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK