Des crèmes solaires bio pour protéger notre peau... et les coraux

Les crèmes solaires bio
Les crèmes solaires bio - © Biosolis

Chaque année, des milliers de tonnes de crème solaire finissent dans les mers. Des études scientifiques prouvent que certains filtres chimiques contenus dans les crèmes solaires peuvent provoquer le blanchissement du corail et à terme sa disparition. C’est pour cela que, depuis 2018, Hawaï a interdit les crèmes solaires contenant ces filtres. Les Palaos, éden de Micronésie, suivront en 2020. La solution ? Les crèmes bio.

Depuis 9 ans, la firme Biosolis est pionnière en Belgique dans le secteur des protections solaires à filtres minéraux. Aujourd'hui, une vingtaine de produits ont été développés, d'une capacité égale aux produits à filtres chimiques. Ils ont recours à des filtres minéraux - dioxyde de titane et oxyde de zinc. Plutôt que de pénétrer la peau et de la transformer, comme le font les filtres chimiques, ces produits restent en surface et agissent comme des micro-miroirs. Les rayons solaires se réfléchissent dessus et ne pénètrent pas la peau.


600 produits chimiques sur notre peau !

Aujourd'hui, on fait attention à ce qu'on mange, à la façon dont on se déplace, mais on oublie un peu qu'on met aussi beaucoup de produits chimiques sur notre corps : chaque jour, une femme applique environ 600 produits chimiques sur sa peau, entre démaquillant, vernis à ongles, déodorant et autres crèmes solaires, rappelle Cédric Mourlon. Et dans les produits  conventionnels, on trouve pas mal de matières premières néfastes, dont certaines sont des perturbateurs endocriniens.

Après une période de méfiance, les produits solaires bio ont le vent en poupe, et Biosolis se développe bien, que ce soit dans le réseau des magasins bio, en Belgique et à l'exportation, dans celui des magasins conventionnels, ou encore au niveau industriel. Ils ont acquis aujourd'hui une crédibilité certaine.


Une protection adaptée

Il est essentiel de se protéger des agressions du soleil. Un indice 6, très bas, protège jusqu'à 83% des rayons. Un indice 50 protège à 98%. La manière dont on utilise les produits solaires, traditionnels ou bio, a son importance : la réapplication toutes les deux heures, la constance sont de mise.

L'indice de protection solaire reste le même pour ces produits bio que pour les produits traditionnels. Même s'il faut savoir que c'est une donnée très théorique, parce qu'il se calcule sur base d'une quantité qu'on n'applique généralement même pas sur sa peau.

Comme ces produits bio travaillent en surface, si on n'en met pas suffisamment, il est évident qu'on n'a pas assez de filtre sur la surface de la peau et qu'il faudra peut-être en appliquer à nouveau.

Biosolis développe des produits qui répondent à des formes galéniques différentes : peau sèche, peau de bébé, peau grasse, peau mature... Le problème est que tous ne sont pas toujours disponibles dans les magasins. Il faut donc se renseigner et les tester pour trouver celui qui convient.

Certains de ces produits, en fonction du type de peau, peuvent sembler un peu plus difficiles à appliquer car nous sommes habitués, en Europe, avec les grands groupes cosmétiques, à avoir des produits très faciles d'emploi. Il est important de prendre conscience qu'il faut bien prendre le temps de l'appliquer. Cela demande une certaine méthode d'application.

Le produit est très résistant à l'eau. Une fois bien appliqué sur les enfants, ils pourront jouer dans l'eau longtemps tout en étant protégés.


Sauver les coraux

La firme développe des partenariats avec des fondations qui travaillent sur les coraux. Les causes de disparition des coraux sont multiples. Les crèmes solaires en sont la 3e cause, la première étant bien sûr les changements climatiques.

La destruction des coraux peut avoir un impact énorme sur notre vie. La base de la survie marine dépend des coraux, toute la chaîne alimentaire des fonds marins en dépend et fatalement, notre alimentation aussi. Des fermes veillent à replanter les coraux, en tenant compte des espèces et des lieux.

Ecoutez  Cédric Mourlon dans Tendances Première 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK