Des cliniques du droit en Belgique !

Les cliniques du droit
3 images
Les cliniques du droit - © Tous droits réservés

Aux Etats-Unis, à travers les cliniques du droit, nées au début du XXe siècle, des étudiants se mettent régulièrement au service de la société. On y travaille sur des cas concrets comme la lutte contre le racisme, l'équilibre des genres ou encore les droits de l'enfant.

A l'ULB, depuis peu, on doit l'émergence de telles initiatives à des enseignantes dynamiques comme Annemie Schaus et Emmanuelle Bribosia, entre autres. Plusieurs cliniques du droit y ont donc vu le jour, telles que la clinique des droits de l'homme, la clinique du droit des étrangers, ou encore l'Equality law clinic qui agit selon quatre axes de recherche :

• Le droit des étrangers
• La justice reproductive et le droit à l’avortement
• Les droits des populations trans
• Les droit des personnes souffrant d’un handicap

L'esprit des cliniques du droit est double :

1. donner aux étudiants la possibilité de travailler sur des cas concrets, sur des thèmes essentiels, ce qui est une énorme plus-value. Ils doivent répondre à des questions concrètes, aller sur le terrain, rencontrer les personnes concernées. L'aspect interdisciplinaire est très intéressant, leur vision du droit n'est plus du tout désincarnée. 

2. travailler selon une idée éthique de la justice, en faveur des droits de l'homme, en collaboration avec des associations, des ONG. Certains étudiants travaillent sur des recours en annulation, dans le cas par exemple de discriminations fiscales à l'égard des étrangers, ou sur la légalité de la présence des militaires en rue, ou encore sur le droit des personnes trans. Il y a un côté militant, engagé, tout en gardant la rigueur scientifique de mise dans le cadre de l'université.

Comment travaillent les cliniques juridiques ?

Aux Etats Unis, les cliniques juridiques ont une personnalité juridique et peuvent agir devant les tribunaux, en Belgique c'est un mode d'enseignement, qui ne permet pas d'intervenir directement en Justice, il faut passer par une ONG et ses avocats. Les cas ne doivent donc pas avoir un caractère d'urgence. 

Aux Etats-Unis, ces cliniques du droit s'occupent souvent de cas de personnes qui n'ont pas les moyens d'avoir accès à la justice. En Belgique, les cliniques juridiques ne s'occupent pas des personnes physiques, mais uniquement des associations. C'est un garde-fou. Elles ne sont pas là pour remplacer les avocats, il n'y a donc aucune concurrence avec le barreau ou le Pro Deo. Elles aident simplement des associations qui ont leur propres avocats.

 

Le Réseau des Cliniques Juridiques Francophones a été officiellement lancé à Paris le 20 février 2016. Il a pour objectif de développer et soutenir l’enseignement clinique du droit dans l’espace francophone. Il y a actuellement 33 cliniques juridiques francophones dans le monde.

>>> Plus d'infos sur le RÉSEAU DES CLINIQUES JURIDIQUES FRANCOPHONES >>>

Ecoutez Tendances Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK