Déplacements : l'avenir est dans la micro-mobilité

Déplacements : l’avenir est dans la micro-mobilité
Déplacements : l’avenir est dans la micro-mobilité - © DIRK WAEM - BELGA

La micro-mobilité, ce sont ces engins utiles pour parcourir les derniers kilomètres de votre trajet. Trottinettes, skateboards, vélos pliables, ou encore hoverboards, ils permettent de vous déplacer sur de courtes distances, et représentent l’avenir de la mobilité en ville selon les experts. Si bien, qu’une partie du Palais 10 du Salon de l’auto leur était dédié.

Vous vous rendez dans le centre-ville de Bruxelles ? Optez plutôt pour le vélo (ou villo) et pour le métro. Vous allez manger une pizza à Louvain-la-Neuve ? Le train sera probablement votre meilleure option. Vous partez visiter le château de Bouillon ? Miser plutôt sur la voiture. Mais si votre destination est à 4 km d’un moyen de transport et que la voiture n’est pas une option, quelle solution s’offre alors à vous ? Et bien la micro-mobilité, justement.  Car la mobilité de demain ne se base plus uniquement sur l’utilisation, mais aussi sur la complémentarité des moyens de transport. Désormais dans votre coffre se trouve votre vélo pliable, vous prenez votre trottinette électrique dans le train et votre skateboard dans le métro. Une fois arrivé au parking, à la gare ou à la station, oubliez la marche. Il ne vous reste qu’à monter sur votre bolide nouvelle génération pour vous mener à destination.

 

Faites place aux nouveaux canassons

Pour une mobilité intermodale, il est nécessaire que tous ces moyens de transport cohabitent sur la chaussée. "Ce n’est pas évident de se déplacer avec ce genre d’engins  dans une ville comme Bruxelles par exemple" admet Patrick De Cooman, expert en micro-mobilité. "L’urbanisme n’est pas tout à fait en ordre, mais les politiques y travaillent " assure-t-il".  Il faut repenser les espaces alloués aux différents moyens de transport, les repenser. Les bandes réservées aux bus par exemple ne peuvent pas accueillir toutes les alternatives aux voitures sous peine d’engorgements. Il va falloir trouver des solutions pour se partager la route.   Pour Patrick Gillieaux, responsable marketing de la STIB, c’est en réalité plus compliqué que ce qu’on imagine car pour que ces alternatives se développent, des investissements sont indispensables "Il faut pouvoir créer des parkings de dissuasion aux abords des villes, créer des parkings à vélo, et surtout, il faudra adapter l’offre de transports en commun" car tout l’intérêt de la micro-mobilité est qu’elle vienne se greffer sur un réseau bien développé facilitant les trajets.

L’hoverboard reste à mes yeux un jouet 

 Hoverboard, Gyroroue, trottinettes électriques … la technologie représente une composante importante de cette mobilité. Mais Didier Renders de la Febiac met en garde contre des gadgets technologiques qui sont plus ludiques que pratiques : "l’hoverboard reste à mes yeux un jouet. Vous n’allez pas parcourir plusieurs kilomètres avec ça. Ça n’entre pas dans la logique d’aller d’un point A à un point B, contrairement à la trottinette pliable par exemple".

Par contre, l’importance de la technologie dans l’organisation de cette micro-mobilité met tout le monde d’accord : "la dimension digitale a un énorme impact sur la communication entre tous les éléments de la mobilité" insiste Didier Renders. "Le développement de toutes les applications, les canaux de communication avec les voyageurs, les chatbots, … cela permet d’améliorer les interfaces et donc l’utilisation" précise Patrick Gillieaux de la STIB. En ayant un maximum d’informations (comme les positions en temps réel des transports en commun, où les endroits disponibles pour accrocher votre vélo par exemple), vous aurez vite fait d’opter pour un moyen de locomotion plutôt qu’un autre en fonction de vos besoins, et il vous sera plus aisé de les combiner … suivant vos envies.   

Patrick De Cooman, Patrick Gilleaux, et Didier Renders étaient les invités de Véronique Thyberghien dans Tendances Première en direct du Salon de l'auto pour discuter des alternatives en termes de mobilité. 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK