De la blague un peu lourde, au harcèlement : comment éviter les comportements inacceptables en entreprise ?

Libérer la parole pour éviter le harcèlement au travail
Libérer la parole pour éviter le harcèlement au travail - © Tous droits réservés

La petite blague salace qui se place une fois de temps en temps au bureau et qui paraît anodine peut parfois tourner au cauchemar. Il existe des comportements en entreprise à éviter, car ils peuvent mener à la catastrophe, comme le harcèlement. Mais comment éviter ces comportements inacceptables ? Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l’université de Mons était l'invité de Tendances Première.

Si on veut prévenir justement le harcèlement, selon Bruno Humbeeck il faut aussi prévenir tous ces comportements, ces petites secousses, comme les "petites blagues".

Parler plutôt que de réglementer

Le harcèlement est produit par des secousses émotionnelles, mais toutes ces secousses créent parfois des situations destructrices. Des comportements anodins pour certains? qui peuvent en fait être très mal vécus par d'autres et du coup peuvent introduire une émotion, et même un sentiment, des états d'âmes totalement contreproductifs .

"On vit des comportements comme inacceptables mais en même temps on laisse couler, et on finit aussi par se poser de mauvaises questions, du genre je ne rigole pas à sa blague, du coup peut-être que je ne suis pas drôle, ou alors je suis vraiment blessée et humiliée.."

Selon le psychopédagogue il ne faut pas pour autant fixer des codes fixes et dire ça c’est réellement intrusif, ça non etc etc En effet chaque personne peut vivre une situation avec un ressenti différent, le plus important est donc d'y être attentif et surtout de ne pas apporter de jugement.

Selon Bruno Humbeeck pour éviter ce genre de comportement il faut donc en parler dès le départ, avoir une parole libérée. Ce dialogue doit par la suite amener un recadrage qui peut être très simple selon la situation. Très souvent la personne ne se rend peut être compte que le comportement qu’elle manifeste est perçu comme intrusif par rapport à l’autre. Et donc la prise de conscience permet déjà d’avoir un effet, et le cas éventuel un recadrage plus ferme si la prise de conscience n’est pas suffisante.

 

Ne pas pas banaliser

Bruno Humbeeck cite en exemple de ces comportements inacceptables, les blagues sur les blondes.

Souvent les femmes blondes sont démunies face à ce genre de blagues car les hommes n’agissent jamais seul et attaquent en groupe.

Comme ça la connivence va être installée et la blonde va être coincée, et on enferme l’autre dans cette situation qui selon la personne, peut être très mal vécue

Comme le souligne le psychopédagogue, on est vite "coincé" et la situation peut très vite être banalisée.

L’humour fait en effet souvent passer des comportements inacceptables en comportements acceptables ; l’humour doit être soumis à surveillance, s’il est utilisé par des dominés pour les soumettre à la force des dominants c’est plutôt positif et si c’est le contraire c’est catastrophique. C’est pourquoi il faut savoir le discriminer.

 

Des espaces de paroles protégées

Dès qu’on a affaire à cette forme d’humour, ce rire mauvais, il faut être attentif à ces mécanismes les comprendre sur le plan théorique, mais aussi les appliquer en mettant en place des espaces dans les entreprises où les émotions peuvent se libérer. 

Des espaces de paroles qui doivent surtout être des espaces protégées. Libérer la parole ne sert à rien si elle n’est pas protégée, un des systèmes de protection c’est tout d'abord de considérer que votre émotion, on ne peut pas y toucher, vous avez l’opportunité de révéler la manière dont vous vivez le comportement des autres, sans être jugé.

 

 

Réécouter cette séquence de Tendances Première avec Bruno Humbeeck

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK