Corse : Martine Baldovini - Goffinet, éleveuse de chèvres et fromagère

Télécharger l'émission

En ces temps confinés, nous avons plus que jamais besoin d’évasion. En ce congé de Toussaint, elle se vit surtout à l’intérieur, du royaume ou de nos maisons, mais rien ne nous empêche de déployer les ailes de notre imagination pour aller se poser sur l’Ile de Beauté. Nous la redécouvrirons ce dimanche en compagnie de Martine Goffinet, une enseignante belge tombée amoureuse de la Corse et…d’un de ses bergers !

En 1981, à 21 ans, elle quitte son 1er job d’institutrice pour aller élever des chèvres, dans l’esprit " baba cool " de retour à la nature. Restée fidèle à son idéal, elle n’est jamais revenue et a fini par créer avec Xavier Baldovini, son berger de mari rencontré sur place, une fromagerie artisanale aux normes européennes sur la commune de Pietroso, près de la côte orientale de l’île.

 Ils y fabriquent des fromages corses au lait cru de brebis de différents types (brocciu, pâte molle, tomette à l’ancienne, etc.), plusieurs fois médaillés dans les plus grands concours. www.fiore-di-muntagna.com. Ils sont fiers de défendre le fromage au lait cru, un produit identitaire haut de gamme.

A cette activité de fabrication fromagère, s’est greffée une activité d’éco-tourisme dans leur gîte, une ancienne maison cantonnière joliment restaurée et la cabane. Une cabane tout en bois, perchée en bord de rivière et aménagée dans la thématique légendaire des bandits corses (www.casettadiubanditu.com). Y loger, c’est une expérience unique, une immersion en pleine nature, nous vous recommandons l’expérience https://lesbelgesduboutdumonde-experience.be/france-avec-martine-baldovini-24.html

Avec ces deux activités, ils font vivre le petit hameau de Salastraco en plein maquis, un fameux défi car la vie dans ce milieu rural n’est pas facile tous les jours mais ils s’accrochent et tiennent le coup. La nature les aide beaucoup. Devenue conseillère municipale depuis peu, Martine s’investit à fond pour sa région

Membre active du réseau Eco-Tourisme de Haute-Corse, elle nous a emmené randonner avec sa partenaire Marion Couture de l’association Terra Vivu, le long de l’étang de Diane, célèbre pour ses parcs à huîtres. L’occasion d’admirer aussi les nombreux flamands roses qui nichent près du littoral et de pousser une pointe jusqu’à quelques criques où l’on médite la jolie phrase de Saint-Exupéry : "Le soleil a tant fait l’amour avec la mer qu’ils ont fini par enfanter la Corse." 

Avec Martine, on crapahute tous azimut et tous les moyens sont bons pour découvrir sa région. A cheval, c’est du pur bonheur, d’autant plus que les Corses y sont très attachés. Ici, l’équitation n’est pas un sport-loisir mais un véritable moyen de déplacement. Utile pour mener les troupeaux ou se déplacer dans l’arrière-pays. Ce que nous avons fait dans la vallée du Fiumorbu, vers l’ancienne mine de plomb et de zinc à Ghisoni. Des vestiges industriels qui nous rappellent ceux du site minier de plombières. Ici aussi, la nature a repris ses droits

A pied, à cheval et…en canoë, nous avons aussi ramer dans la superbe vallée du Tavignano depuis le site historique d’Aléria jusqu’à l’embouchure du fleuve. Une balade sympa, où on respecte la distanciation sociale et où on admire la richesse de la faune et la variété de la flore.

Martine n’est pas la seule belge à s’être installée en Haute-Corse, elle nous a présenté Pierre-Etienne Pinchart ingénieur-agronome qui a pas mal bourlingué. Il a découvert en Mauritanie les vertus de la spiruline, un aliment d’une richesse incroyable, très utilisé pour lutter contre la malnutrition et dans les régimes végan et végétariens. En 2012, de retour en Europe, il a créé la ferme La Spirale sur les hauteurs de Cervione, il y élève de la spiruline qui s’exporte aux quatre coins du monde (www.laspiraleverte.com)

 

On ne vient pas en Corse sans aller user ses bottines sur le mythique GR20. Long de 200km, il traverse l’île du nord au sud, sur les chemins de crête de la montagne centrale, c’est un des itinéraires les plus sportifs d’Europe. Nous n’en ferons qu’un p’tit bout pour bivouaquer à la Bergerie de Tolla, chez un jeune berger, haut en couleurs, Pierre Thomas Graziani. Dieu que la nature est belle…

 

                                                                                   Adrien JOVENEAU

 

Un reportage réalisé en Corse à la fin de cet été 2020, alors que nous pouvions encore y circuler librement. A suivre ce 08/11 dans "Les Belges du bout du monde", en radio à 9h sur La Première et en télé, à 14h10 sur la une

Avez-vous déjà rêvé de partir découvrir la Corse comme Adrien Joveneau ? 

Vous pouvez désormais passer du rêve à la réalité

en réservant votre prochain voyage grâce à notre nouveau site internet

 

lapremiere_4c5d7130f00f56eb4a424f7c0d589

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK