Connexions: L'état des routes wallonnes, à qui la faute ?

Connexions
Connexions - © RTBF

La Cour des comptes dresse un tableau noir des rubans noirs de la Wallonie. Dans un rapport, elle critique la faiblesse du contrôle de l’entretien des voiries régionales (routes et autoroutes) et souligne le non-respect de la programmation des chantiers de rénovation du réseau.

Sur 88 dossiers analysés par l'administration pour détecter les écarts par rapport aux exigences de qualité imposées aux entrepreneurs, 197 non-conformités ont été mises en évidence. " Dans plus de 90% des cas, les résultats non conformes ne donnent lieu à aucune amélioration de la route ", déplore la Cour des comptes.

Ce n’est pas tout. D’autres lacunes sont épinglées : le manque de pilotage et l’absence d'historique des travaux, le non-respect des priorités établies par un consultant externe ou encore les incertitudes dans les modalités de financement. Par ailleurs, la Cour des comptes estime que le délai de garantie des ouvrages, porté de trois à cinq ans en 2010, risque de ne pas être appliqué de manière homogène. Enfin, la Cour rappelle que le plan routes adopté par le gouvernement wallon en 2009 prévoyait la réalisation de 575 chantiers pour un budget de 731,4 millions d'euros hors TVA. Deux ans plus tard, le plan initial s'est mué en " master plan ", programmant la réalisation de 322 chantiers pour un montant total de 500 millions.

Alors, la Région wallonne s’occupe-t-elle correctement du réseau routier ? Les routes wallonnes sont-elles en si mauvais état ? Qui sont les responsables de cette situation ? Les routes en Wallonie, un chantier éternel ?

Partagez avec nous vos réflexions et votre expertise sur le sujet. Le débat commence maintenant. Vous réagissez au bas de cet article, sur notre répondeur 02/737.33.33 et sur les réseaux sociaux (Facebook La Première-Connexions, Twitter / #Connexions et SoundCloud).

Le débat se poursuit en direct, avec Pascal Claude, ce vendredi matin, dès 8h30, sur La Première.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK