Connexions : Flambée des prix immobiliers, les pouvoirs publics impuissants ?

Dans une interview à La Libre et à la DH, Benoît Cerexhe s’alarme. Le bourgmestre et ancien ministre régional de l’économie, craint un exode massif des familles bruxelloises vers la périphérie. Dans sa commune de Woluwe-Saint-Pierre, les prix sont 35% plus élevés que dans la commune à facilités voisine de Crainhem et 47% plus cher qu’à Wezembeek-Oppem, dit-il. Garder les classes moyennes dans la capitale est un enjeu important pour la région bruxelloise.

 

Alors que peuvent faire les pouvoirs publics ? Pourquoi aucune mesure efficace n’a-t-elle pu être trouvée jusqu’ici pour enrayer cette flambée des prix constatée depuis 15 ou 20 ans ? Les autorités sont-elles impuissantes ? Benoît Cerexhe, lui, propose de revoir et d’adapter la fiscalité.

 

Une question qui se posera, par ailleurs, c’est celle de la pérennité de la déductibilité fiscale accordée aux ménages ayant contracté un prêt hypothécaire. Cette déduction fiscale doit être régionalisée dès l’an prochain et ne relèvera donc plus du fédéral. Un transfert prévu dans la loi de financement qui inquiète le marché, même si les régions se montrent rassurantes sur les compensations qu’elles pourraient mettre en œuvres. Certains observateurs pensent qu’une baisse des avantages fiscaux pour les acquéreurs pourrait précipiter un ralentissement si pas une chute des prix de l’immobilier. 

Loin d’atteindre les sommets de Bruxelles, la Wallonie subit également une forte poussée des prix depuis 15 ans. La situation diffère beaucoup d’une région à l’autre, mais globalement, le prix moyen (déclaré) des maisons vendues sur les six premiers mois de 2013 avoisine les 180.000 euros, le prix moyen d’un appartement frisant les 200.000 euros.

 

Comment les pouvoirs publics peuvent-ils intervenir pour ralentir la flambée des prix et maintenir un accès des jeunes à la propriété ? Partagez vos réflexions et posez vos questions sur la page Facebook de l’émission, sur Twitter avec le mot-clé #Connexions et laissez-nous vos messages sur le notre répondeur, au 02/737 33 33. Rendez-vous pour le débat avec Robin Cornet, ce jeudi à 8h35 sur La Première.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK