Connexions - Europe ( suite ) : Pourquoi y croire encore ?

Connexions
Connexions - © RTBF.be

Le fossé s'est-il creusé entre la population et les institutions européennes ? Pourquoi tant de méfiance ? Les mesures d’austérité ont alimenté la colère. Aujourd’hui, l’Europe ne semble plus synonyme d’espoir. Exceptionnellement, Connexions a décidé de prolonger le débat amorcé ce jeudi. Après avoir essayé de comprendre « pourquoi l’Europe ne séduit plus », nous tentons de savoir s’il reste de bonnes raisons de croire en cette Europe et comment l’Union devrait évoluer pour regagner la confiance des citoyens.

Où sont les idéaux qui ont présidé à la construction européenne ? Rigueur, règle d’or, dumping social, concurrence fiscale… L’Union n’est plus perçue comme " protectrice " pour les citoyens. Est-elle bien comprise ? Valorise-t-on assez les réussites européennes ? Au fond, qu’est-ce que l’Union nous apporte, à nous, les Belges ?

Nous avons parlé de cette Europe qui change, qui s’étend et se complexifie. Des divisions entre pays qui donnent parfois un sentiment d’immobilisme et de manque d'ambition. Nous avons entendu les critiques sur cette Europe que certains jugent trop libérale et trop axée sur l’économie. Nous avons abordé l’opacité et l’influence des lobbies. Nous nous sommes enfin interrogés sur la façon dont les gouvernements nationaux défendent le projet européen.

Nous prendrons le temps, dans une deuxième émission, d’approfondir ces questions pour mieux comprendre la défiance des citoyens et, peut-être, pour nuancer certains constats. L’Europe était à nouveau aujourd’hui au centre de l’attention, en raison de manifestations contre les politiques de rigueur imposées par le traité budgétaire et contre les actuels projets de traité de libéralisation des échanges commerciaux transatlantiques.

L’Europe, pourquoi y croire encore ? On attend vos réponses au 02 737 33 33. Le débat se poursuit sur Twitter et la page Facebook de l’émission.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK