#Connexions - Etes-vous pour ou contre le vote électronique ?

Connexions
Connexions - © RTBF.be

Dimanche, 44% des électeurs exprimeront leur vote par ordinateur et – nouveauté – dans une partie des cantons, le dépouillement sera automatique. Un système de dépouillement assisté testé, avec succès semble-t-il, il y a deux ans dans une cinquantaine de communes. Les défenseurs du vote électronique font valoir qu’un dépouillement informatisé provoque moins d’erreurs. A Charleroi, lors des dernières élections communales on a comparé les deux méthodes et l’informatique aurait permis de déceler des erreurs humaines pour 97 candidats

Peut-être, mais quel contrôle peut encore exercer le citoyen ? Les opposants au vote électronique, comme l’associations PourEVA, restent méfiants. Comment l’électeur peut-il est certain que son vote est bien pris en compte ? Alors que l’on nous parle sans cesse de piratage et d’espionnage informatique, pouvons-nous réellement être certains que les résultats ne pourront pas être manipulés ?

Les Pays-Bas et l’Irlande, qui avaient tenté l’expérience, ont fait marche arrière. La Grande Bretagne a abandonné après un essai. En France, un rapport parlementaire appelle à la prudence. Bref, en Europe, la Belgique fait de plus en plus figure d’exception. En outre, se pose la question de la privatisation de l’organisation du vote, puisque ce sont des entreprises privées qui fournissent les logiciels et développent les machines. Enfin, si les ordinateurs permettent d’organiser des bureaux de vote avec moins de personnel, ils coûteraient aussi beaucoup cher que le vote papier, ce qui a provoqué quelques protestations de communes.

Alors faut-il renoncer au vote électronique ? Devons-nous en avoir peur ? Rejeter le vote par ordinateur, n’est-ce pas s’opposer à la modernité ? Donnez-nous votre avis, partagez vos arguments, vos expériences, sur la page Facebook de l’émission ou sur Twitter avec le mot-clé #Connexions. Nous attendons, dès maintenant, vos commentaires et questions au 02 737 33 33.

 

Res sociaux

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK