Comment le Mali et le Groenland sont-ils impactés par le réchauffement climatique ?

Un projet multimedia de Samuel Turpin
Un projet multimedia de Samuel Turpin - © Samuel Turpin

A l'occasion de la Cop24, Par Ouï-dire vous emmène, ce lundi 10 décembre à 22.00, au Mali et au Groenland, avec deux reportages réalisés dans le cadre de Humans&Climate Change StoriesCe projet multimédia, initié par Samuel Turpin, a pour objectif de suivre, sur 10 ans, 12 familles dans le monde, impactées par le dérèglement climatique. Découvrez les deux premières étapes de ce voyage.
 

"Les conclusions des travaux scientifiques sur le climat sont sans appel : un réchauffement supérieur à 2°C d’ici la fin du siècle aurait un impact catastrophique sur l’environnement et les activités humaines dans sa globalité. 

Depuis 2008, 26 millions de personnes en moyenne ont dû quitter chaque année leur lieu de vie à cause de la dégradation de leur environnement et de catastrophes naturelles. C'est trois fois plus que les migrations dues aux conflits dans le monde. A cause de la montée des eaux, de sécheresses longues et répétées, de l'acidité des sols, de la fonte de la banquise, de l'appauvrissement ou de la pollution des sols, et de phénomènes climatiques locaux, des millions de personnes se retrouvent sans ressources et se trouvent contraints de changer de vie. 

Il ne s’agit raisonnablement pas de considérer que le dérèglement climatique soit la cause unique des mouvements migratoires actuels et futurs.

​Il est en revanche certain que le stress environnemental joue un effet de levier important sur les autres facteurs politiques, économiques, sociaux, démographiques, et sécuritaires qui poussent à la mobilité les hommes.

Nous pouvons désormais avec certitude démontrer le lien entre les mouvements migratoires et les effets du changement climatique sur l'écosphère.

Tous ces facteurs sont définitivement interdépendants."

Extrait du site www.humansclimatechange.com

Ecoutez...

Le Mali

Au Mali, 80% de la population vit de cultures de subsistance. La hausse des températures, la baisse de la pluviométrie, la météorologie imprévisible, l’appauvrissement de la terre et l’avancée du désert créent une forte compétition autour des terres arables et des ressources naturelles, exacerbant les tensions intercommunautaires entre éleveurs, pêcheurs et agriculteurs.
Mais le changement climatique n’est pas le seul facteur à l’origine des tensions...

Notre guide est Ousmane Diallo, agropasteur dans la région de Mopti, ligne de fracture entre les plateaux du désert sahélien et les plaines du delta du Niger.

Il nous mène au milieu du troupeau des éleveurs, puis à la rencontre de pêcheurs et d'agriculteurs. Tous font le lien avec le conflit au nord du Mali, qui met la pression sur les ressources naturelles.

Les jeunes du village expliquent leur impossibilité de rester. Pour eux, au Mali, il n'y a aucune perspective, en-dehors de la migration...

Le Groenland

Au Groenland, la fonte des glaces influe sur tout l’écosystème. On a souvent cette image d’ours polaire ou de chasseurs inuits de plus en plus isolés sur la banquise.

Mais, loin des clichés, le changement ouvre de nouvelles opportunités pour le pays qui recèle près d'un quart des réserves mondiales de pétrole et de terres rares non exploitées  (ces terres tellement convoitées aujourd’hui pour l’électronique de pointe et les énergies renouvelables).

Avec un enjeu majeur derrière… la possibilité d’acquérir son indépendance vis à vis du Danemark.

Le Groenland se trouve aujourd’hui face à un dilemme : l’exploitation de ressources à risques ou la préservation de son environnement qui est au centre de toute la culture inuit.

Immersion polaire avec la famille Molgard dans le fjord de Torsukataq.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK