Comment compenser le manque de lumière ? Les solutions à la suédoise !

Vous faites peut-être partie de ceux qui souffrent pour l'instant du manque de lumière. C'est vrai que le soleil ne s'est pas beaucoup montré ces dernières semaines. Plus au nord, et notamment en Suède, c'est encore pire en cette période. 

Les Suédois ne voient le soleil que quelques heures par mois en hiver ; au nord du pays, c'est une nuit totale qui s'installe pendant plusieurs semaines. Ils rivalisent donc d'imagination pour échapper à l'obscurité nordique et à sa manifestation la plus sérieuse : la dépression hivernale.

Nuit en Suède
Un reportage de Frédéric Faux

Jusqu'en 1850, à l'intérieur des maisons, l'hiver était très sombre. Les seules sources de lumière étaient le maigre soleil et le feu dans la cheminée. Le soir, les gens s'asseyaient autour du feu pour parler ou faire quelques travaux. Ils éteignaient le feu au bout d'une heure car le bois était cher. Les bougies étaient un luxe qu'on gardait pour les grandes occasions.

Cette longue pénombre a littéralement forgé le caractère national et a fait naître le goût des légendes et des créatures fantastiques et autres trolls. Quand l'électricité s'est généralisée dans les années 20 - l'un des premiers pays en Europe -, toutes ces créatures ont peu à peu disparu. Une tradition pourtant est restée vivace : le 13 décembre, jour le plus court de l'année, des jeunes filles portant des bougies à la main ou en couronne entrent en procession dans les églises. C'est la Sainte Lucie, fêtée par tous et partout dans le pays.

 

Comment les Suédois résistent ils au manque de lumière ?

Certains en prennent leur parti et aiment profiter du calme, de la tranquillité de ces longues nuits d'hiver, avec un bon livre, un bon film. Ils allument les lumières partout dans la maison, même quand ils ne sont pas là. Et ils font la part belle aux bougies.

D'autres tentent de vivre comme si rien n'était changé : les joggeurs courent avec une lampe frontale, les piscines et les terrasses chauffées font le plein. Tout le centre ville de Stockholm est illuminé dès la mi-novembre jusque fin janvier.

Quand l'hiver se fait trop long, les Suédois trichent un peu. Beaucoup cherchent le soleil sous les tropiques. Les compagnies aériennes proposent des voyages clé en main, pour les Canaries, le Sri Lanka, la Thaïlande... 

Ceux qui ne peuvent se le permettre fréquentent des sortes d'oasis recréées dans des entrepôts ou les light rooms (salons de lumière) qui reconstituent la chaleur et la lumière du soleil. Une photo de lagon tropical, une température à 30°, un cocktail, un transat... On y fait le plein d'énergie pour 20 euros l'heure ! 

La dépression hivernale

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, en Suède, le taux de suicide en hiver n'est pas plus élevé que la moyenne européenne. Mais la dépression hivernale ou 'Seasonal Affective Disorder' (SAD) est plus fréquente, elle touche 5% de la population, surtout les femmes. Des anti-dépresseurs sont prescrits.

La thérapie lumineuse (lumière basse fréquence) est utilisée dans le cadre de programmes de recherche, pour aider à lutter contre la fatigue, le manque d'énergie et de concentration. Des lunettes lumineuses (light google), équipées de Leds et de miroirs, peuvent aider aussi. Mais il y a toujours un débat sur l'efficacité de la lumière...

Plus de 40% de la population ressent des perturbations : une fatigue, un moral dégradé, une tendance à manger plus de glucides... On conseille, au réveil, de recevoir une forte dose de lumière, pour signaler au corps que le sommeil est fini et qu'on commence un nouveau jour. Après 18h, il faut utiliser des lumières plus jaunes et s'éloigner du téléphone portable, pour amener graduellement vers le sommeil.

Pour voir le printemps en Suède, il faudra attendre que la température monte au-dessus de 0° pendant 7 jours consécutifs.  Cela peut arriver le 21 mars, date officielle, ou bien plus tard, dans le nord du pays...

Ecoutez le reportage complet de Transversales


 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK