Comment changer de regard sur soi-même et sur les autres ?

Changer de regard, par l'art aussi
Changer de regard, par l'art aussi - © Pixabay

La recherche nous montre que le regard que nous portons sur nous-mêmes, et sur ce qui nous arrive, a une influence très importante sur notre bonheur, sur notre façon de voir la vie. Les études montrent que l'optimisme permet de meilleures performances, moins de stress, une meilleure santé et une plus grande longévité. Heureusement, on sait maintenant que l’optimisme peut s’apprendre.


Ilios Kotsou et Caroline Lesire ont créé Émergences, une association qui a pour objectif de contribuer à l'émergence d'une société plus juste : consciente, altruiste, chaleureuse et solidaire, principalement via la pleine conscience (mindfulness) et les émotions. Ils organisent également chaque année, depuis 11 ans, les Journées Émergences. Le thème de cette année est 'Changer de regard'.
 

Nous ne voyons pas le monde comme il est, nous voyons le monde comme nous sommes (Anaïs Nin)

La question du regard est fondamentale dans nos vies. On pense voir le monde comme il est. Mais en fait, on porte tous des lunettes qui sont colorées de l'ensemble de notre expérience de vie : notre culture, notre éducation, nos références socio-religieuses. Le monde que l'on voit est toujours une construction. Si on n'en est pas conscient, cela nous limite et nous fait prendre nos interprétations pour la réalité.

Par ailleurs, notre vision est aussi parcellaire : on ne voit jamais l'ensemble d'une situation. Dans chaque situation de la vie où l'on juge, on ne connaît jamais ce qui s'est vraiment passé, on juge toujours en fonction de notre perception, de nos émotions, de notre passé. Une vraie curiosité est la première qualité pour changer de regard. 

Comment savoir si on porte des lunettes ? C'est dans les moments où l'on peut revenir à soi, via la méditation, la pleine conscience, que l'on pourra être moins dans le jugement ou se rendre compte à quel point on est dans le jugement, et ainsi prendre de la distance.


Accepter notre propre diversité pour accepter la diversité des autres

Changer de regard, c'est aussi accueillir la diversité au sein de notre société, en acceptant le fait que nous-mêmes, nous sommes diversité. 

Nous sommes constitués d'une multiplicité de conditionnements et d'expériences de vie. Qui sommes-nous vraiment ? Nos émotions et nos pensées changent tout le temps. Mais comme nous avons un besoin de stabilité, nous avons tendance à nous réduire à une identité rigide. Et quand cette identité est dysfonctionnelle parce qu'on a une vision très négative de nous-mêmes et qu'on s'y accroche, cela finit par nous pourrir la vie.

Le fait de pouvoir changer de regard et accepter sa diversité intérieure, avec les émotions négatives aussi qui sont en nous, est très important.

Des études montrent que la diversité des états d'âme est un indicateur qui prédit une bonne qualité de vie, avec cette capacité d'avoir accès à une large palette émotionnelle, explique Ilios Kotsou.

Pour éviter de conditionner nos enfants, il est important de leur donner un exemple de flexibilité, de remise en question possible, de faculté à reconnaître nos erreurs.

 

Y a-t-il un 'bon' regard ?

En réalité, plus on a de possibilités de regards différents, mieux cela fonctionne. Des études ont montré que, dans la prise de décisions et la gestion des conflits, on raisonne beaucoup mieux quand on donne un conseil à un ami que pour soi-même.

Et effectivement, lorsqu'on est décentré, on change de perspective, on sort de notre prison mentale. Par rapport à soi-même, imaginer notre problème comme si on le voyait de l'extérieur va nous aider à raisonner de manière plus sage et plus intelligente. 

Changer de position dans un conflit, se mettre à la place de l'autre, permet une solution beaucoup plus ouverte.


Changer de regard

Ilios Kotsou et Caroline Lesire organisent les Journées Émergences, sur le thème 'Changer de regard', le samedi 7 et le dimanche 8 septembre 2019 à Bozar, à Bruxelles. 
Matthieu Ricard, Aurélia Schneider, Virginie Maris, Alexandre Jollien, Nicolas Gisin ou Brigitte Gothière répondront entre autres aux questions suivantes :

Qu’est-ce que le regard ?
Quel sont les effets de nos croyances sur nos vies ? 
Que sait-on de la sensibilité des animaux ? 
La physique quantique change-t-elle notre conception du monde ?
 
Le revenu universel modifierait-il notre relation au travail ?
Comment retrouver le regard de l’enfance ? 

Ces journées répondent à ce besoin de s'interroger, de devenir acteur de sa vie, de retrouver force et ancrage. Mais aussi d'ouvrir un oeil différent sur nos conditionnements, de se regarder sans se juger, mais avec humour et légèreté, avec douceur et bienveillance.

Elles permettent de faire des liens entre deux domaines qui ne se rencontrent pas toujours, explique Ilios Kotsou. De grands scientifiques vont ainsi dialoguer avec des philosophes, des personnes du domaine de la contemplation. Ils vont nourrir l'envie de chacun de participer en tant que citoyen au monde auquel il rêve, à travers une convergence de réflexion, d'émotion et d'action.

Plus d’infos sur le site journeesemergences.org 

Ecoutez ici Tendances Première pour en savoir plus
sur ces journées et sur les divers ateliers proposés.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK