Comment bien vivre avec ses peurs ?

Comment bien vivre avec ses peurs ?
Comment bien vivre avec ses peurs ? - © Pixabay

Si elle nous fait blêmir, trembler, reculer et abandonner, la peur peut également nous sauver la vie. Elle est en effet l’une des composantes essentielles de notre système de survie depuis la nuit des temps puisqu’à l’instar de la douleur, elle représente un signal d’alarme bien utile. Bien souvent, la peur empêche malheureusement d’avancer et freine notre accomplissement personnel.  Ilios Kotsou nous offre donc quelques clés pour extraire le positif de ce sentiment archaïque.

 

De l’utilité de la peur

Il est tout à fait normal de ressentir la peur. C’est même plutôt rassurant dans la mesure où elle nous informe des risques que nous courront tout en nous préparant à y répondre adéquatement. La peur favorise ainsi les comportements de fuite, de lutte ou d’immobilisation. Elle nous protège et est essentielle à la pérennisation de l’espèce humaine. La plupart du temps, nous avons peur de menaces auxquelles nous sommes directement confrontés, mais, au moyen de l’imagination, le cerveau nous met également en garde contre de choses qui pourraient nous arriver.

 

Quand peur rime avec anxiété

Or, le monde est totalement imprévisible. La peur est donc capable de dérégler le cerveau de telle sorte que certains en viennent à craindre tout, tout le temps. Il s’agit de l’anxiété. Le psychiatre Christophe André compare la peur aux réactions de notre système immunitaire : à l’origine, l’inflammation se déclenche dans le but de nous protéger des corps étrangers, mais elle peut devenir chronique et surréagir face à des substances anodines qui ne créent habituellement aucune réaction. Ce qui donne lieu à l’anxiété, c’est une sorte d’allergie psychologique. Le système déclenche la peur sous n’importe quel prétexte jusqu’à altérer la qualité de vie d’une personne qui en souffrira physiquement et psychologiquement. Les angoisses nous enserrent dans nos propres schémas et créent des boucles négatives : le monde entier devient anxiogène et dangereux et les choses dont nous avons peur finissent par se réaliser. Il s’agit donc de pas laisser nos frayeurs diriger notre existence.

 

Que faire face à nos peurs ?

Tout d’abord, il faut les reconnaître, les identifier, les nommer. Ce n’est pas la peur que nous devons supprimer, mais nos réactions négatives face à cette peur qu’il faut transformer. Le philosophe français François Roustang avance que la peur est comme un courant marin et qu’il ne sert à rien de batailler contre lui car on s’épuise en vain. L’idéal est ainsi d’apprendre à naviguer en sa compagnie. La peur est comme une frontière, une étape à franchir et pour ce faire, voici deux excellentes nouvelles :

  • Pour nous confronter à nos peurs et leur faire face, nous possédons une ressource qui s’appelle le courage. Le courage est l’apanage de ceux qui frissonnent, et eux seuls. La peur est finalement plus effrayante que les choses desquelles ce sentiment devrait nous protéger. Sénèque affirmait d’ailleurs qu’il existe beaucoup plus de choses qui font peur que de choses qui font mal.
  • Lorsqu’on fait face à la peur, nous pouvons nous connecter à ce qu’il y a de positif derrière cette angoisse, à savoir la protection et le soin. Derrière chaque peur se cache en effet un désir. Écouter sa peur, c’est ne plus perdre son énergie à lutter et à fuir mais se focaliser sur cette chose dont nous avons envie de prendre soin.

Ainsi, quelles que soient nos peurs, rappelons-nous qu’elles signifient aussi que nous sommes courageux et qu’elles abritent un désir profond qui, une fois accompli, nous procurera certainement une grande joie. En les apprivoisant et apprenant à vivre avec, les angoisses peuvent donc se muer en sentiment positif.   

Ilios Kotsou est Docteur en psychologie et Maître de Conférences à l'Université Libre de Bruxelles, il analyse chaque semaine un thème fondamental de nos vies quotidiennes. Retrouvez-le sur son blog, sur sa page Facebook et tous les dimanches dans Week-end Première.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK