Comment aider notre enfant à surmonter l'humiliation ?

Pour apprendre à découvrir le monde, nous avons besoin de nos sens bien sûr, mais aussi des autres. Leur opinion va nous aider à donner du sens aux choses. C'est pourquoi nous avons besoin de partager avec eux nos émotions, bonnes ou mauvaises. 

Il est par contre un sentiment que nous avons du mal à partager, c'est la honte, comme nous l'explique Jessica Morton, assistante à la faculté de psychologie de l’UCL.

La honte est particulièrement difficile à vivre pour l'enfant. Lorsqu'il subit une humiliation, à l'école bien souvent, son image de lui est ternie. Il va hésiter à en parler à ses parents, de peur de perdre de la valeur à leurs yeux. De peur aussi de revivre le traumatisme vécu lors de l'humiliation.

En voulant se protéger, l'enfant se piège alors lui-même dans le silence.

 

Comment réagir, en tant que parent ?

Le parent doit accepter ce silence, ne pas forcer la verbalisation, tout en témoignant à l'enfant son amour, pour qu'il comprenne qu'il ne perdra pas sa dignité dans son regard.

Ensemble, ils peuvent verbaliser le mécanisme de la honte, pas nécessairement dans les faits, et essayer de comprendre comment l'enfant a réagi, avec quelles conséquences. Cela lui permettra de détecter sa part de responsabilité non pas dans le déclenchement de la situation, mais dans le déroulement de la scène.

Le but est ensuite de l'outiller avec des moyens d'agir seul, selon ses propres valeurs : "Puisque tu as un peu de responsabilité, on va voir comment tu peux agir à cet endroit-là et quelle action on va poser."

Il faut être très imaginatif : plus on a de solutions différentes, plus l'enfant va pouvoir choisir de manière adéquate. A chaque solution proposée, même si elle paraît folle ou inadaptée, il faut aller voir les conséquences, extrapoler avec lui la suite possible. Il pourra ainsi ne plus simplement réagir à l'humiliation, mais agir en phase avec les conséquences qu'il souhaite assumer.

Explorer ces solutions, ces réactions, est vraiment essentiel, mais l'enfant en mettra peut-être une autre en place avec les cartes qu'il aura en main.

Ce travail de mise en mots, d'analyse va rendre confiance à l'enfant dans sa capacité à réagir et lui rendre ainsi sa dignité. 
 

Ecoutez Jessica Morton dans Tendances Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK