'Coffee, Cigarettes and Jim Jarmusch'

Tournage de « Stranger than Paradise »
6 images
Tournage de « Stranger than Paradise » - © Tous droits réservés

Probablement le plus indépendant des cinéastes américains (seul propriétaire de tous ses négatifs …), et bien au-delà de l’étiquette un peu restrictive de cinéaste " underground " qu’on lui accole généralement, Jim Jarmusch est avant tout un véritable auteur qui a non seulement su développer un style propre, mais aussi bousculer l’art de la mise en scène et, ce faisant, bousculer les habitudes des spectateurs.

Jim Jarmusch est passé maître dans l’art d’étirer les plans (sans ennuyer … que du contraire), il est aussi LE maître des travellings latéraux et truffe ses films de références filmiques mais aussi littéraires. Il faut ajouter à cela un goût prononcé pour la répétition (de formes, de style, de scènes, de décor,… au sein même de chaque film ET de films en films), sans oublier que ses personnages, généralement accro à la déambulation et à l’oisiveté, sont souvent flanqués de doubles, de jumeaux, de sosies …

Enfin, tout aussi important dans la construction même de ses films, la musique (éclectique et pointue), un sens de l’humour pince-sans rire et une vraie mélancolie … " vraie ", c'est à dire pas désespérée pour un sou !

 

En 1980, Jim Jarmusch réalise un film dit de fin d’études (Permanent Vacation, réalisé avec la bourse des études qu’il n’a pas menées à terme …).

Puis il obtient, en 1984, le Léopard d'or au Festival de Locarno et la Caméra d'or au Festival de Cannes avec son " premier " film : Stranger than paradise.


Par la suite, il revisite plusieurs genres : film de prison (Down by Law), film de gangsters (Ghost Dog, The Limits of Control), western (Dead Man), film de vampires (Only Lovers Left Alive)...

Sans oublier Mystery Train, Night on Earth, Coffee and Cigarettes, Broken Flowers, Paterson,... auxquels viennent s’ajouter des documentaires, des clips, ses prestations d’acteur, de musicien, etc.

 

L'invitée de Décadrages, Céline Murillo, Maître de conférences à l’Université de Paris 13, travaille essentiellement sur le cinéma américain indépendant et underground (divers articles, notamment, dans la Revue française d’études américaines).
Elle est l’auteure d’un ouvrage publié chez L’Harmattan (collection Champs Visuels) :

Le cinéma de Jim Jarmusch. Un monde plus loin

"Regarder un film de Jim Jarmusch c’est être pris par la fiction mais rester sur le bord du cadre avec ce détachement " cooler than thou " de personnages observateurs qui sont un peu en marge de l’action, comme nous, comme le réalisateur dont la persona médiatique si cohérente flotte à la manière d’une aura."

(Céline Murillo)

Une série vidéo en 3 épisodes, signée Jean-Louis Dupont

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK