Chaque enfant attend de ses parents d'être considéré comme différent et unique

L’influence de nos frères et sœurs est bien plus grande que nous ne l’imaginons. Ce que nous avons partagé dans l’enfance nous imprègne tous profondément. Entre fusion et rivalité, la fratrie construit finalement notre identité. 

Pour Dana Castro, psychologue clinicienne et psychothérapeute, quelques pièges sont à éviter si nous voulons aider nos enfants à s'épanouir dans la fratrie. 

  1. La première question qui se pose est : comment annoncer l'arrivée d'un bébé au frère ou à la soeur aîné(e) pour que les choses se passent bien ?
    On ne mesure jamais assez l'impact que cela va avoir sur l'enfant. "Il est toujours conseillé de dire les choses très simplement, sans trop de fioritures, sans trop de culpabilité, car en soi, il n'y a rien de grave, conseille Dana Castro.  Il est important de ne pas culpabiliser, de ne pas promettre des compensations, parce que forcément, dans la tête de l'enfant, ces privilèges vont être associés à une catastrophe imminente.

    Au fil du temps, on reviendra sur cette annonce avec l'enfant, on en discutera et on l'aidera à mieux comprendre comment l'arrivée du nouveau-venu va changer la vie quotidienne. 
     
  2. Une fois que sa soeur ou son frère est né, il est important de passer des moments seuls avec l'aîné et de l'associer aux activités qui se font autour du bébé : le choix de couleurs, de petits actes pratiques... de sorte à ce qu'il ne s'imagine pas être exclu de la relation.
     
  3. Plus grands, il est essentiel d'éviter toute comparaison entre les enfants. Chaque enfant est différent et attend de ses parents d'être considéré comme différent et unique. "Le mot unique est un mot qui caractérise les attentes des enfants." C'est souvent par agacement qu'on a tous parfois des phrases qui comparent, malgré tout l'amour que nous portons à notre enfant : ton frère est plus obéissant, ta soeur est meilleure en math....

    Ce genre de petites phrases fait beaucoup de peine et peut renforcer la jalousie que l'enfant ressent déjà par rapport à son frère ou à sa soeur. C'est un sentiment universel qui s'installe de toute façon, quoi qu'on fasse, les parents doivent s'y attendre.

    Tout l'art pour les parents consiste à gérer cette jalousie et à faire en sorte qu'elle soit un moteur pour l'enfant plutôt qu'un frein.

.

"Le lien fraternel ne s’édifie sur de solides fondations que lorsque chacun, enfants et parents, peut affirmer son identité tout en délimitant son territoire. Quand les cartes sont bien distribuées, on peut alors tirer de ce rapport la force et l’intelligence permettant d’affronter des situations relationnelles parfois hostiles."

Dana Castro est l'auteur de Frères et soeurs, les aider à s'épanouir chez Albin Michel. 

Psychologue-clinicienne et psychothérapeute, directrice de l’Ecole des psychologues-praticiens, elle explique aux parents comment repérer les besoins de leurs enfants, jusqu’où intervenir dans leur lien, leurs conflits, et comment préserver une relation avec chacun, individuellement. De manière à leur donner une base de sécurité et de confiance en eux qui sera un atout pour la vie.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK