Bulle, un service de laverie mobile, mais pas seulement

Bulle, des permanences à Bruxelles
Bulle, des permanences à Bruxelles - © DR

Grâce à Bulle, un service de laverie mobile lancé par huit jeunes Bruxellois, les plus de 3.000 personnes sans-abri recensées dans la capitale de l’Europe ont désormais la possibilité de faire laver et sécher leur linge gratuitement. Mais Bulle est aussi un formidable créateur de lien social!

Le projet est né d'une envie de venir en aide aux personnes qui vivent dans la précarité et qui n'ont pas accès aux wasserettes, trop chères, explique Rafaele Dumas. L'accès à l'hygiène leur est difficile et pourtant, "avoir du linge propre c'est quelque chose de base, c'est ce qui donne son importance au projet. Le vêtement est éminemment important pour soi, pour ce qu'on dégage, pour le rapport à l'autre, pour être respecté et se respecter soi-même." 

Rien que le fait d'avoir des vêtements propres implique un renouveau. On le perçoit tout de suite dans le regard de l'autre : comment l'autre nous regarde, comment l'autre nous sent. L'estime de soi, la dignité sont améliorées.


Deux ans et un succès

L'association a été créée il y a deux ans. Une première campagne de crowfunding a été lancée en 2016 pour financer l'achat d'une camionnette hyper équipée : machines à laver, séchoirs, machine à café pour enjoliver l'attente. 

Depuis un an, des permanences régulières sont assurées chaque semaine en 3 lieux : le lundi Place Flagey, le mercredi Gare Centrale, le vendredi Gare du Midi. Elles accueillent de plus en plus de monde, des habitués, mais aussi d'autres personnes que les sans-abri ou les personnes précarisées qui viennent s'informer. Jusqu'ici, Bulle en est à plus de 6 tonnes de vêtements lavés pour 130 permanences organisées.

Ce service travaille en tandem avec l'asbl Rolling Douche, qui propose des douches gratuites. Si vous vous douchez et qu'ensuite vous remettez vos vêtements sales, l'odeur reste. Quand les vêtements sont trop sales, les personnes précarisées jettent souvent à contre-coeur le vêtement parce qu'ils n'ont pas la possibilité de le laver. Pourtant, il y a une part d'identitaire dans le vêtement : "j'aime ce vêtement et je veux le conserver, parce que c'est moi."

Un lieu de rendez-vous

Ce service crée aussi un espace de socialisation autour de ces permanences. Le temps que le linge tourne et sèche est un moment dédié à la parole. Des liens se retissent. La Bulle est attendue et devient un rendez-vous, même si on n'a pas de linge à laver.

"On échange des nouvelles. Certains ne parlent pas, mais sont juste là, prennent un café. C'est juste le fait d'être 'avec'. D'être avec d'autres personnes. C'est un lieu où on peut baisser les armes, où on n'a pas à s'inquiéter de l'autre, où le respect est privilégié. On rigole, on raconte ses soucis, on peut passer un coup de fil pour essayer de résoudre un problème." 

L'idée est de se réapproprier les places publiques pour restaurer le lien social. Place Flagey en particulier, les passants s'arrêtent pour discuter. "On revient sur une mixité de la population et on fait diminuer la peur qu'on peut avoir des autres."


Maître-mot : générosité

L'asbl donne aussi des vêtements, distribue des fruits, de la nourriture apportée par des donateurs qui ne savent pas où distribuer et profitent du 'campement' de la Bulle et de Rolling Douche. Les bénévoles sont pleins de créativité, de petits ateliers de peinture sont parfois organisés.

L'asbl est eco-friendly, les produits de lessive sont écologiques, un programme économique sur la machine permet de ne pas utiliser plus d'eau que nécessaire.

Bulle bénéficie de beaucoup de générosité : les produits de lessive sont un don, comme la machine à café qui vient de Caffé Mobile. Les machines à laver et les séchoirs ont aussi été donnés. L'équipe de The Square prête un fameux coup de main pour l'électricité à la Gare Centrale. 

Cela n'empêche que de nombreux frais sont à payer : réparations, contrôle technique, assurances, électricité,... La 'flotte' doit par ailleurs être agrandie pour développer les lieux d'intervention de Bulle. Une deuxième camionnette équipée de machines fait l'objet d'une nouvelle campagne de crowfunding sur la plateforme Kiss Kiss Bang Bang, où un reportage sur l'asbl est visible.

Retrouvez aussi Bulle sur sa page Facebook

Ecoutez Tendances Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK