"Bron": la série policière suédo-danoise à découvrir

Bron, série policière suédo-danoise à découvrir
Bron, série policière suédo-danoise à découvrir - © Bron

Bron, série policière suédo-danoise créée par Hans Rosenfeld, raconte l'histoire d'un meurtre. Jusque là, le pitch reste similaire à tant d'autres. Sauf que le cadavre est découvert à la frontière entre la Suède et le Danemark sur le pont de l'Oresund. Les deux pays n'ont d'autres choix que de collaborer. 

Saviez-vous que le premier meurtre de l'Histoire a eu lieu il y a 430.000 années ? Lorsque des paléontologues espagnols ont découvert un crâne fracassé. Le meurtre fait évidemment partie de l’histoire de l’humanité, on en retrouve dans l’ancien Testament, chez Sophocle, dans les 1001 nuits, et évidemment à la télé. Le genre commence d’ailleurs à s'user et on ne trouve plus grand chose d'original à en dire. Conséquence : chaque fois qu’un truc un peu différent déboule, on jette un œil.

Classique mais bien ficelé

Le point de départ est assez original : un cadavre est retrouvé sur un pont pile à la frontière entre les deux pays. Les deux polices doivent donc collaborer. L’accroche est intéressante, mais très rapidement, on retrouve nos vieux pots. Deux policiers aux caractères diamétralement opposés se retrouvent à travailler ensemble : Martin est un vieux flic danois un peu bourru, Sagat, elle, une policière ultra efficace, très droite, mais qui a du mal avec les interactions sociales. Un peu similaire à Lisbeth Salander, l’héroïne de la saga littéraire Millénium.

Il n'empêche que, même avec d'anciens schémas, le résultat reste excellent. La policière est très attachante, le suspense est bien entretenu. La série n’hésite pas à se séparer de certains personnages quand il le faut. Aussi, c’est un vrai plaisir d’entendre d’autres langues comme du danois, du suédois. Les décors des deux pays nous changent des grattes-ciel américains. Attention, une fois n'est pas coutume, les États-Unis ont tellement aimé le concept qu'ils ont décidé d'en faire un remake, il s'agit de ne pas confondre les deux. Ce mardi 3 octobre (StudioCanal), un coffret des trois premières saisons est disponible à la vente, un peu partout. À se demander si nos réalisateurs belges ne devraient pas reprendre l'idée avec la découverte d'un cadavre entre la Wallonie et la Flandre.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK