Bourvil dans tous ses états !

Bourvil dans tous ses états !
10 images
Bourvil dans tous ses états ! - © Belga

" Je suis né pour faire rire, cela me dope" disait Bourvil. Comédien, humoriste, chanteur et musicien, André Raimbourg est aussi, surtout, un homme populaire au sens noble du terme. Un humaniste qui semble avoir une profonde foi en l'homme et en la vie, celui qui peut nous faire passer du rire aux larmes.

L'amour, la tendresse, le respect et le travail sont les valeurs qu'il a transmises à ses fils, Dominique et Philippe Raimbourg.

Ils seront là, aux côtés de leur père, tout au long des 5 épisodes que Cécile Poss consacre à Bourvil.

Ainsi que son épouse Jeanne Raimbourg et ses amis, les acteurs et réalisateurs qui l'ont bien connu :

Christian-Jaque, Pierrette Bruno, Roger Pierre, Louis de Funès, Michel Lorin, Claude Autant-Lara, Annie Cordy, Georges Guétary, Michèle Morgan, Jean-Pierre Mocky, Gérard Oury, Jean-Jacques Vital, Ray Ventura Bruno Coquatrix, Francis Lopez et Georges Brassens.

________________________________________________________________________________

1er épisode - L'enfance

Les débuts de Bourvil, son enfance en Normandie, son goût pour la musique, la guerre et enfin, le départ pour Paris, la ville où tout est possible.

________________________________________________________________________________

2e épisode - La chanson

"J'ai toujours chanté" déclare Bourvil, lui qui interprètera plus de 200 chansons.

Avant d’être ce talentueux acteur, Bourvil est un interprète hors pair. Cet humour inné qu’il possède lui permet de chanter les chansons les plus niaises en suscitant le rire. Dans d’autres, c’est la compassion et l’émotion qu’il provoque.

Comment Bourvil considérait-il ce métier de chanteur ? Quels étaient ses goûts musicaux ?

_______________________________________________________________________________

3e épisode - La scène

"Bourvil ne pouvait pas être en scène sans chanter" nous confie sa partenaire et amie Pierrette Bruno.

Il jouera 8 opérettes et deux pièces de théâtre. Nous nous glisserons en coulisses et nous les entendrons sur scène.

Bourvil nous dira aussi pourquoi il n'a jamais voulu incarner, au théâtre, de personnage dramatique.

_______________________________________________________________________________

4e épisode - Surprenant acteur

"Je fais gratuitement l'imbécile" déclare Bourvil.

Et c'est en incarnant ce rôle de paysan un peu benêt que Bourvil fait son entrée dans le monde du 7e art.

Doué d'un immense talent, Bourvil a jonglé entre les rôles comiques et les rôles sérieux. Ce 4e épisode est consacré aux premiers films de l’acteur. La série des Léon Ménard, La Traversée de Paris qui lui permet de sortir de son rôle de paysan, sa rencontre avec Gérard Oury dans Le Passe-murailles, ses films avec Michèle Morgan, Le miroir à deux faces et Fortunat.

_______________________________________________________________________________

5e épisode - Les grands classiques

" J’aime tourner avec De Funès, il improvise beaucoup, cela m’amuse car il faut que je rattrape la balle " nous confie Bourvil.

C’est Gérard Oury qui formera l’un des duos les plus célèbres et les plus drôles du cinéma français. En 1965, il réunit André Bourvil et Louis De Funès dans ces films cultes que sont Le Corniaud et La Grande Vadrouille. Bourvil  tournera également Le Cerveau avec Oury. Et il aura la chance, dans les années 60, de tourner avec son idole de jeunesse, Fernandel.

_______________________________________________________________________________

6e épisode - Les rôles moins conventionnels

" Je lui ai permis d’incarner un noble " déclare Jean-Pierre Mocky.

Les 4 films du réalisateur permettent effectivement à Bourvil d’endosser des rôles qu’on ne lui avait jamais proposés. Le noble pilleur de tronc d’églises, l’inspecteur de police, le vétérinaire qui prône une prostitution masculine remboursée par la sécurité sociale ou encore le professeur de latin qui détruit les antennes télés de ses élèves.

Pour ces quatre films, Jean-Pierre Mocky forme un trio des plus sympathiques, Bourvil, Francis Blanche et Jean Poiret.

Nous aborderons aussi les films Les Bonnes Causes, Guerre secrète ou encore Le Cercle Rouge. Là encore, Bourvil incarne des personnages plus tragiques.

_______________________________________________________________________________

7e épisode - L'homme

"J'adore jardiner" dit André Raimbourg.

Qui était André, l'homme, le mari, le père et l'ami ?

Après avoir parcouru l'œuvre de Bourvil, ce dernier épisode s'attache à sa vie, ses amis et ses loisirs. Un homme doux, joyeux et optimiste encore plus marrant à la vie qu'à la scène !

_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________
 

A lire

Pierre BERRUER, Bourvil, du rire aux larmes,
Editions Bertout, 2000

 

Pascal DELMOTTE, Bourvil, ça va ils sont contents,
Flammarion, 2010
 

 

_____________________________________________________________________
_____________________________________________________________________

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK