Boris Cyrulnik, un géant des âmes et du collectif

Boris Cyrulnik
5 images
Boris Cyrulnik - © Tous droits réservés

Chacun de ses livres est un événement. Pascale Tison a rencontré le neuropsychiatre et éthologue, à l'occasion de la parution de ses derniers ouvrages. Droits des animaux, résilience, histoire de la psychiatrie, guerre... sont autant de thèmes qu'il développe au cours de ces entretiens.

 

Sauve-toi la vie t'appelle
premier tome des mémoires de Boris Cyrulnik

 

Boris Cyrulnik, dans son livre éblouissant Sauve-toi, la vie t’appelle, évoque la vie d’après-guerre, ses tumultes et ses souffrances pour le jeune garçon qu’il était, recueilli par la sœur de sa mère, qu’il n’avait jamais rencontrée avant guerre. Il évoque la liberté folle du Paris d’après-guerre pour les enfants, la difficulté à parler de son traumatisme et le murmure d’une voix intérieure qu’il confie ici, pour la  première fois, au grand public au risque de la perdre.

 

Un livre publié chez Odile Jacob en 2012.

________________

 

Les Âmes blessées
deuxième tome des mémoires de Boris Cyrulnik

L’enfant juif rescapé des rafles a grandi pour devenir neurologue, la discipline universitaire qui, à l’époque, s’apparente le plus à la psychiatrie.

 

Dans Les Âmes blessées, qui se lit comme un journal de bord, Boris Cyrulnik raconte son parcours professionnel singulier, à la marge d’une spécialité médicale qui doit tout à l’après-68.

 

C’est la grande histoire de la psychiatrie qu’il raconte, depuis ses pratiques moyen-âgeuses, encore en vigueur dans les années 50, jusqu’aux apports des neurosciences, en passant par la découverte des psychotropes et l’ouverture des portes des asiles qui fut son important corollaire ; car des malades apaisés pouvaient retrouver une nouvelle liberté de mouvement. On ignore trop souvent tout ce que la psychiatrie institutionnelle doit à la médication.

 

Mais surtout Boris Cyrulnik avec son esprit permanent d’invention nous montre à quel point la psychiatrie est avant tout une émanation culturelle : les choix théoriques d’un psychiatre sont avant toute chose un aveu autobiographique. Dans son cas, la découverte de l’éthologie et des travaux de John Bowlby fut une révélation.

 

Le deuxième pilier de ses recherches sera la résilience qu’il contribue à élargir et diffuser. Car les animaux, dans son enfance, avaient soulagé sa souffrance, l’éthologie fut donc un pont entre l’enfant et l’adulte. La résilience et les travaux de Myriam David donnaient une raison scientifique à sa résurrection personnelle.

 

Un livre publié chez Odile Jacob, 2014

_________________

 

Les animaux aussi ont des droits

Ils souffrent comme nous. Comme nous aussi, ils jouissent du bien-être. Mieux que nous parfois, ils s’imposent par la ruse et l’intelligence.

Comment continuer à les traiter comme des " choses " dont on se contenterait de condamner l’abus ? Mais faut-il pour autant leur accorder des droits, et si oui lesquels ? Et qui veillera à leur application ?

Pour répondre à ces questions et à tant d’autres, Boris Cyrulnik l’éthologue, Élisabeth de Fontenay la philosophe, Peter Singer le bioéthicien croisent leurs regards et confrontent leurs savoirs sur la question animale. Trois sensibilités, trois parcours, trois formes d’engagement : la voie est tracée, au-delà des divergences et des contradictions, et en partie grâce à elles, pour que le législateur s’attelle à la rédaction du contrat qu’il nous faut maintenant passer sans délai avec nos frères en animalité.

 

Les animaux aussi ont des droits, un livre publié aux Editions du Seuil, 2013

_____________

 

Ivres paradis, bonheurs héroïques

Boris Cyrulnik n’emploie pas dans ce livre le mot "victime",  il emploie les mots "cabossé" ou "blessé".

Contre les blessures que le psychiatre a lui-même endurées enfant, le héros va venir prendre sa place et redorer le blason abîmé de la vie.

Chacun de nous a besoin de héros pour vivre, l’enfant pour se construire, l’adulte pour se réparer.
Les héros nous apportent l’espoir, le rêve, la force.

Mais les faux héros, attiseurs de violence et de haine, sont les pourvoyeurs du pire. Ceux qui se disent "révolutionnaires" ou "bras armé de Dieu", Boris Cyrulnik les appelle les gogos de l’islam, ils  ne sont que des pantins déculturés. Que le cerveau soit altéré par une maladie ou par un appauvrissement du milieu culturel, les effets relationnels sont les mêmes.   Le pervers est celui pour qui l’autre n’existe plus, l’étape infantile normale de la perversion a ceci de particulier  qu’elle peut se reproduire à n’importe quel âge.

Un livre tonique de mise en garde contre les mécanismes inconscients qui charpentent les faux héros.

 

Ivres paradis, bonheurs héroïques  est publié chez Odile Jacob, 2016

___________________

ARCHIVE VIDEO

_____________________________________

 

Et aussi

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK