'Black Mirror : Bandersnatch', le film qui vous contrôle

Black Mirror : Bandersnatch, le film qui vous contrôle
Black Mirror : Bandersnatch, le film qui vous contrôle - © Netflix

Bandersnatch, le nouvel épisode de Black Mirror sorti sur Netflix le 28 décembre, fait parler de lui. C’est un film interactif, basé sur le concept des livres dont vous êtes le héros. Grâce à sa télécommande, le spectateur prend des décisions qui influencent les protagonistes, les menant vers des fins différentes.

Ce format, déjà utilisé à quelques reprises sans jamais vraiment décoller, semble pourtant ouvrir de nouvelles opportunités à Netflix, notamment en matière de lutte contre le piratage et de collecte de données, nous explique Gilles Quoistiaux.


Une impression assez mitigée

L'immersion est assez sympa dans le monde des jeux vidéo des années 80, avec l'ambiance musicale de l'époque. Mais comme dans les livres dont on est le héros, ça tourne parfois un peu en rond, on est obligés de revoir plusieurs fois les mêmes scènes. L'interactivité semble quelque peu gadget.

Ce concept de film interactif a déjà été utilisé pour Late Shift ou pour le film français Tantale, ou encore par Netflix avec des épisodes de la série du Chat Potté, mais sans remporter de grand succès.


Une opportunité pour Netflix

Pour Netflix, il y a plusieurs avantages à ce format.

1. Le piratage est beaucoup plus compliqué avec ce type d'épisodes. Ce n'est pas une simple vidéo linéaire que l'on peut télécharger, mais c'est un vrai programme informatique.

2. Netflix peut ainsi collecter des données sur les choix des spectateurs. Ce qui est assez ironique quand on sait que Black Mirror alerte habituellement sur les dangers des nouvelles technologies et sur la surveillance des individus. Ici le spectateur croit avoir le contrôle sur la série mais c'est en fait la série qui le contrôle. Chaque choix qu'il fait donne des indications à Netflix sur ses préférences.

Netflix pourra ainsi améliorer de façon très précise son algorithme de recommandation et vous proposer d'autres programmes du même type en fonction de votre historique de visionnage.

L'algorithme étudie aussi tous vos comportements de visionnage : à quels moments vous regardez, sur quel appareil, combien d'épisodes d'affilée, quand vous mettez en pause, comment vous scrollez dans le menu....

Grâce à cette formule interactive, Netflix va savoir si vous êtes intéressé par des scènes violentes ou moins violentes ou par les longues explications psychanalytiques. Comme Facebook ou Google, on va alors dresser votre profil individuel et vous catégoriser.

Netflix peut aussi en tirer des infos plus générales qui concernent l'ensemble des utilisateurs (120 millions dans le monde) et créer ainsi une nouvelle série en fonction de la majorité des choix des gens. 

C'est déjà grâce à cet algorithme de recommandation que Netflix avait racheté les droits de la série House of Cards, avec Kevin Spacey dans le rôle principal, et que 75% des séries de la plateforme ont été sélectionnées.

 

Suivez la séquence des Décodeurs ici

Et découvrez ici la bande annonce de Black Mirror : Bandersnatch

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK