Bilal Hassani : l'icône qui casse les codes

Portrait d'une star des écrans de smartphone, prête à être connue du grand public. Bilal Hassani égrène ses vidéos sur Youtube.
Des centaines de milliers de personnes l'y suivent. Et il est, aujourd'hui, en route vers l'Eurovision puisqu'il jouera la finale, de Destination Eurovision, le tété-crochet qui va choisir le candidat au célèbre concours international.

Son "Bonsoir Pariiiiiiiis!" résonne au début de chacune de ses vidéos. Un véritable cri de ralliement. Bilal Hassani, 19 ans, apparaît : perruque blonde au coupée carré, mini-vague rousse, ou frange verte. Sourcils épilés et fines lunettes. Bilal Hassani se raconte, et surtout chante. Ses vidéos font minimum 200 000 vues... mais passent régulièrement la barre du million.

Il y a quelques années, à 15 ans, Bilal Hassani, était candidat à The Voice Kids en reprenant Conchita Wurst, célèbre personnage d'apparence féminine qui portait la barbe et qui avait remporté l'Eurovision en 2014. Et il n'y a pas de hasard, samedi dernier, Bilal Hassani s'est qualifié pour la finale de Destination Eurovision, un télé-crochet qui  vise à désigner le candidat français à la célèbre compétition musicale internationale. Sa chanson, intitulée "Roi", a déjà fait 3,8 millions de vues sur Youtube.

Dans les paroles, il chante : You put me in a box (tu me met sdans une boîte)/Want me to be like you (tu veux que je sois comme toi)/Je suis pas dans les codes/Ça dérange beaucoup/At the end of the day (mais au bout du compte)/You cannot change me Boo!(tu ne peux pas me changer)/Alors, laisse moi m'envoler.

Bilal Hassani porte une seule revendication : celle de faire ce qu'il veut, ou en tout cas, d'être qui il veut. A 17 ans, encore adolescent, il fait son coming out sur Twitter. Et depuis, il joue avec les codes et des normes, des conventions. Une liberté d'être qui lui a valu d'être victime d'une violente campagne de cyberharcèlement Mais pour beaucoup de ses fans, Bilal Hassani c'est aussi une icône. Un modèle qui sort joyeusement du cadre.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK