Benoît Poelvoorde en très grande forme dans Entrez sans Frapper

Benoît Poelvoorde était l’invité d’Entrez sans frapper pour le film « Venise n’est pas en Italie » d’Ivan Calbérac, qui sort le 29 mai. Un très grand moment.

 

Le pitch

La famille Chamodot est fantasque et inclassable. Bernard, le père, un peu doux dingue, fait vivre tout le monde dans une caravane, et la mère, Annie teint les cheveux de son fils Émile en blond, parce que, paraît-il, il est plus beau comme ça !!!

Quand Pauline, la fille du lycée dont Émile est amoureux, l’invite à Venise pour les vacances, l’adolescent est fou de joie. Seul problème, et de taille, les parents décident de l’accompagner avec leur caravane, pour un voyage aussi rocambolesque qu’initiatique.

Morceaux choisis de cette rencontre décoiffante.

Impossible n’est pas Chamodot

Pour Bernard Chamodot, rien n’est impossible. Sa femme a toujours rêvé de voir Venise. Qu’à cela ne tienne. On ira en caravane et… En chantant. Le voyage va être long… très long

« J’aimerais être un imbécile heureux »

Benoît Poelvoorde a essayé, comme son personnage, un long voyage en caravane avec des amis. Le désastre. Peut-être parce qu’il s’est posé trop de questions

Poelvoorde se pose des questions sur le cinéma

Avec ce film, Benoît Poelvoorde semble avoir retrouvé le plaisir de jouer la comédie. Même si, de temps à autre, il se pose des questions surréalistes

« Mon personnage ne voit pas le mal. C’est un bienheureux »

Bernard Chamodot cumule. C’est un beauf de base. Il ne doute de rien. Il est « un peu raciste » mais sans méchanceté. Pour Benoît Poelvoorde, c’est dans le regard des gens que tu vois la méchanceté

Écoutez l'intégralité de la rencontre :

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK