'Barrée', une fiction radiophonique enregistrée au festival d'Avignon

Les auteurs Rémi Pons et Laurence Vielle, photographiés à Avignon par la 3e auteure, Christine Van Acker
4 images
Les auteurs Rémi Pons et Laurence Vielle, photographiés à Avignon par la 3e auteure, Christine Van Acker - © Christine Van Acker

Une initiative inédite a vu le jour cet été au festival d'Avignon :  l'enregistrement en public, au Théâtre des Doms, d'une fiction radiophonique pour La Première, sur un texte de Christine Van Acker, Laurence Vielle et Rémi Pons. Le tout filmé par la Trois qui vous révèle les coulisses de cette réalisation.

'Barrée' raconte l’histoire d’une femme qui a changé de vie et a donné rendez-vous dans un théâtre à Avignon à trois de ses amours. 

Par chance nous y étions avec nos micros, et la proposition des trois auteurs, Laurence VielleChristine Van Acker et Rémi Pons, a pu être enrichie de nos sons enregistrés dans la ville en plein festival d’été.

Des sons qu’elle aimait, cette femme en vadrouille qui ne viendra pas au rendez-vous, mais qui nous a laissé sa voix en partage.

Sur scène, trois comédiens donnent chair aux mots de la fiction radiophonique : Marie-Aurore D’Awans, Emilienne Tempels et Pierre Gervais.

Avec les musiciens Jean-Paul Dessy et Noé.


Réalisation : Pascale Tison et Fabienne Pasau

Prise de sons, montage, mixage : Pierre Devalet

 

Enregistré au Théâtre des Doms à Avignon, le 10 juillet 2018

En collaboration avec La Trois et Carine Bratzlavsky,
responsable des arts de la scène à la RTBF

En partenariat avec la SACD, le Théâtre des Doms et WBI
______________________________________________

Barrée, un extrait

LE FILS - Mon histoire, vous voyez, c’est pas simple. Il y a un matin… j’ai ouvert les yeux... c’était pas comme d’habitude. Il manquait son odeur. Longtemps, je l’ai cherchée... partout… dans son vieux manteau… dans un foulard... même dans ses chaussures… On devrait inventer un truc pour que ça s’évapore pas, les odeurs des gens qui s’en vont.

Ce matin, sous le pont, la lavande… ton odeur était là, au bord du Rhône. Et maintenant, elle est ici la lavande, elle me quitte plus, elle est dans ma peau ton odeur.

Ma mère disait qu’aucune ville ne vaut la peine si elle n’a pas de fleuve pour la traverser. Et elle me citait tous les noms des fleuves français pour que je les ajoute dans mon carnet de mots.

(voix de sa mère avec lui en superposition) :

Adour, Charente, Elorn, Escaut, Garonne, Hérault, Loire, Meuse, Odet,Orne, Rance, Rhin, Rhône, Seine, Somme, Têt, Var, Vidourle, Vilaine, Yser…

Elle préférait les fleuves qui débordent des frontières, qui entrent dans les terres allemandes, belges, suisses, hollandaises.

 

VOIX DE LA MERE - Faut se mélanger, faut pas se contenter de soi, faut se laisser traverser par les autres, être tous les autres, les prendre en soi.

 

LE FILS - Maman, c’est toi ? Maman, tu m’entends ? Tu m’entends ? Je raconte n’importe quoi. J’ai entendu n’importe quoi sur toi… Qui je dois croire... ? Je ne sais plus quoi te dire. C’est comme si j’avais usé les mots quand j’étais petit. Plus j’avance, plus je les perds. Je les notais dans le carnet. Tu sais, le carnet avec la photo du pont d’Avignon. Je l’ai jeté maman ! J’ai changé, maman, j’ai plus l’âge des mots compliqués, des mots les plus longs, j’ai plus l’âge des doudous. Parler, ça ne m’intéresse plus trop. Y en a qui me reprochent de faire la gueule. Je fais pas la gueule. Je ne sais plus quoi dire. Un jour, si ça continue, je vais finir comme toi, à l’asile, bouche cousue, c’est ça ? Au fait, maman, la dernière fois qu’on s’est parlés, on a parlé de quoi ? Peut-être que je t’ai demandé : “comment ça se fait qu’un bateau ça flotte sur l’eau ?” “ça mange quoi un hérisson” ? Je m’en souviens plus. Ou peut-être que tu m’as dit… N’oublie pas de faire tes devoirs. A dans quinze jours comme d’habitude.

 

VOIX DE LA MERE - N’oublie pas de faire tes devoirs. A dans quinze jours.

 

LE FILS - J’arrive pas à m’y faire… Tu sais quoi ? On n’a jamais eu de conversation d’adulte, toi et moi.

Ça dit quoi un fils qu’a plus parlé à sa mère depuis trop longtemps ?

Ça dit quoi à sa mère quand il a presque 20 ans, 10 ans, la moitié de sa vie sans elle ?

Ça dit quoi après avoir entendu des trucs dégueulasses sur elle ?

Ça dit : je ne me lave plus les dents depuis… ?

Ça dit : ma chambre c’est le bordel depuis… ?

Ça dit : T’es une dingue de pute de salope !

Ça ose plus dire “maman” !

Installez-vous confortablement et laissez-vous embarquer...

VIDEO - La Trois propose le making of de la création Barrée. Regardez-le ici.

Barrée

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK