Arrêter le gluten : la fausse bonne idée ?

Le gluten, c'est un composant de la farine des céréales, que l'on retrouve donc dans le blé, l’orge, l’épautre, le seigle, le froment et l’avoine. C'est surtout une protéine et donc une source d’énergie qui donne à la farine sa propriété élastique. Après avoir pétri votre farine avec de l’eau,votre pâte va commencer à lever lors de la fermentation. Bref, sans le gluten, pas de gonflement! La toute grande majorité d’entre nous n’a aucun problème avec ce constituant céréalier que l’on retrouve dans le pain, les patisseries, les biscuits, les pâtes.

 

1% de la population allergique au gluten

L’intolérance au gluten, aussi appelée maladie cœliaque, touche 1% de la population. C’est une maladie d’origine génétique qui se diagnostique généralement dès l’enfance. Chez la personne atteinte, l’ingestion du gluten provoque une réaction immunitaire: l’organisme libère des anticorps qui s’attaquent aux parois de l’intestin, ce qui provoque des lésions et une malabsorption des nutriments... Conséquence: des carences alimentaires, des diarrhées, une perte de poids et le seul traitement pour ces personnes-là, c’est effectivement de bannir à vie le gluten de leur alimentation.

 

Une maladie déjà connue des Grecs

Au premier siècle de notre ère, le médecin grec Arétée de Cappadoce décrit la maladie et le lien avec l’ingestion de certaines céréales et les maux des patients : perte de poids, fatigue, diarrhées. Si Arétée ne connaissait pas encore la composition chimique des céréales, et donc le gluten, il avait quand même mis un mot sur cette maladie : "koiliakos"qui, en grec ancien, signifie "qui appartient aux intestins"... C'est donc l’ancêtre direct du terme "cœliaque". Le lien scientifique entre la maladie cœliaque et le gluten fut établit après la seconde guerre mondiale par le pédiatre néerlandais Willem karel Dicke. Il avait constaté une baisse de la mortalité chez ses petits patients atteints par la maladie suite à une pénurie de pain aux Pays-Bas.

 

Les hommes du paléolithique, ces gluten-free!

Le gluten serait désormais l’ennemi numéro 1 dans l’alimentation. On se sent fatigué, on a des problèmes intestinaux : c’est le gluten.  Cette aversion pour le gluten participe à un phénomène plus large… Avez-vous entendu parler du régime préhistorique, le régime paléo ? L’idée est de renouer avec une alimentation du passé, celle des premiers hommes. Les chasseurs-cueilleurs du paléolithique, c'est-à-dire avant que l’homme n'introduise les cultures et l’élevage et par conséquent les céréales, le gluten et les produits laitiers animaliers, vivaient de cueillette, de chasse de gibier à viande maigre, ne connaissaient pas le sucre, quelques noisettes et châtaignes de temps en temps, un peu de miel sauvage et c’est tout. C’est sûr, ce mode de vie était très sain et les hommes du paléolithique ne souffrait pas d’obésité, de diabète, de tous ces maux actuels. Mais avec une espérance de vie de 25 ans, difficile d’aller plus loin dans la comparaison entre les hommes du XXIe siècle et leurs ancêtres très lointains.

 

Pas d'effet néfaste du "gluten free" chez les adultes, mais...

Si dans un premier temps, on se sent plus léger lorsqu’on bannit le pain, les pâtes, gare à ne pas remplacer cette source de sucres lents par des sucres rapides, mauvais pour la santé. On peut avoir "mal au ventre" pour 36 raisons, le stress en fait partie. On ne commence pas ce type de régime sans bilan médical complet pour exclure la présence d’autres pathologies.

 

... chez les enfants, on reste prudent! 

Par contre, pour les enfants: attention ! Les pédiatres mettent en garde. Certains parents décident de régimes très stricts pour leurs enfants sans avis médical, ils écartent le lait, les œufs, le gluten... sans penser que cela peut, à terme, provoquer des désordres nutritionnels graves qui ont des répercussions sur la croissance… A cause de ces régimes drastiques, il y a désormais en Belgique des cas de malnutrition sévère que l’on ne rencontre habituellement que dans les pays en voie de développement.

 

Le "gluten free", un formidable outil de vente

Des produits sans gluten on en trouve désormais à la pelle et les industriels de l’alimentation se frottent les mains… C’est un filon en or, et les produits sans gluten sont vendus beaucoup plus cher, parfois deux fois plus cher ! Quand on voit du jambon estampillé sans gluten alors que la charcuterie ne contient normalement pas de céréales, il a y a de quoi se poser des questions. On peut se demander si ces produits sans gluten sont finalement vraiment si sains, moins de fibres et de protéines que les produits classiques, ce n’est pas spécialement une bonne chose.  Extraire le gluten est un processus complexe et pour garder le côté élastique des céréales, de nombreux ingrédients moins diététiques sont ajoutés.

En résumé, pour la majorité d'entre nous : l’excès nuit en tout. Manger varié, de tout, et se bouger: il n’y a finalement que ça de vrai !

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK