Alice au pays des merveilles : un conte fou et complétement improvisé


Nous vous emmenons dans un monde un peu fou, où l’on croise des portes qui parlent, des mille-pattes qui fument le narguilé, et des jeux de cartes qui peignent des roses blanches, en rouge ! … Un monde tout droit sorti de l’imaginaire d’un pasteur et mathématicien fantasque, évoluant dans une société victorienne étriquée qu’il dénonce, lui préférant l’univers merveilleusement illogique et sans bornes des enfants.

L'histoire

Il était une fois, une jeune fille bien curieuse qui trouvait le monde des adultes fort ennuyeux. Elle s’appelait Alice. Notre histoire commence dans un parc par une belle journée de printemps. Perchée sur une branche d’arbre, Alice écoutait distraitement sa sœur lui raconter l’histoire, ennuyeuse également, de l’Angleterre, son pays natal. Elle aurait tellement préféré écouter un conte de fée ou un roman de cape et d’épée, comme toute petite fille de son âge.

" Mon dieu, que le monde des adultes est rébarbatif et étriqué, dit tout bas Alice à son chat ". Alice avait beau critiquer le monde des adultes, en digne petite fille bien élevée de l’époque Victorienne, elle était bien forcée de s’exprimer comme eux, avec des mots compliqués.

Alors que son esprit s’envolait vers le pays tellement plus féérique et extravagant des enfants, elle fut soudain tirée de sa rêverie par la course effrénée d’un lapin blanc. Elle en tomba de sa branche : un lapin blanc, ça n’a rien d’extraordinaire en soi, surtout dans un parc. Mais un lapin blanc en redingote, portant une montre, et qui parle, il y a de quoi tomber sur sa tête !

- En retard, en retard, j’ai rendez-vous ce soir… disait le lapin, l’air affolé.

- Monsieur Lapin ! Où allez-vous ? Attendez-moi ! cria Alice en courant après lui.

- Mais je n’ai pas le temps de vous attendre, je suis tellement en retard ! répondit le lapin, accélérant encore l’allure jusqu’à un terrier caché dans le tronc d’un immense chêne. Il disparut dedans.

Alice arriva devant le terrier.

- Ohhh qu’il fait noir ici… dit-elle, progressant petit à petit vers le fond du terrier. Aaaaaahhhhhh ! je tombe ! En fait Alice ne tomba pas vraiment. Disons plutôt qu’elle effectua une douce descente grâce à sa robe qui se gonfla tel un parachute, lui laissant le temps d’admirer au passage une multitude de meubles et objets qui gravitaient tout autour d’elle, comme si le temps s’était arrêté. Elle atterrit finalement dans un grand hall vide, face à une minuscule porte qui devait faire la taille d’une souris. Elle s’accroupit et tourna la poignée.

- Ouille !!! mais Mademoiselle, faites donc attention, gémit douloureusement la porte.

- Oh pardon Monsieur…. Porte ? hésita-t-elle. Je ne voulais pas vous faire de mal, mais je voudrais rattraper un certain lapin blanc en redingote. L’avez-vous vu ?

- Bien sûr Mademoiselle, il vient de passer par ici.

- Vraiment ? Oh comment puis-je le rattraper ? je suis bien trop grande pour passer…

- Oh mais il vous suffit de boire la bouteille qui est sur la table derrière vous ! répondit la porte. Et à ce moment-là, une table et une petite bouteille apparurent.

- Mmmmm, je ne sais pas si je peux boire à cette bouteille, on ne sait jamais, ça pourrait être du poison, réfléchit Alice. N’oublions pas qu’Alice venait d’un monde très rationnel et logique. Il était donc normal, face à une situation extravagante et incongrue, qu’elle soit en recherche d’explications.

- Bon, de toutes façons, je suis coincée ici maintenant. Alors, je n’ai pas vraiment le choix. Elle bu.

Mais…. Qu’est ce qui m’arrive… ma parole, je rétrécis… et je rétrécis encore !

Alice atteint finalement la taille de la porte.

- Voilà ! Je vous prie de me laisser passer Monsieur Porte, j’ai maintenant la bonne taille !

- Oh mais c’est tout à fait impossible Mademoiselle. J’ai oublié de vous avertir : il vous faut la clé !

- La clé ?

- Oui, celle qui se trouve sur la table ! Vous l’avez oubliée ?

Alice leva les yeux vers la table qui semblait à présent immense, et vit une clé apparaître.

- Mais comment l’attraper maintenant ?

- Oh c’est facile, essayez donc la boîte.

Une jolie boîte dorée apparut aux pieds d’Alice (…)

La petite histoire

Cette version largement inspirée du dessin animé Alice au Pays des Merveilles, de Walt Disney, est une adaptation de deux romans de Lewis Carroll : Alice au Pays des Merveilles et Alice de l’Autre Côté du Miroir, écrits en 1865 et 1871.

Lewis Carroll, de son vrai nom Charles Dodgson, était pasteur, professeur de mathématiques et auteur de livres d'algèbre. Pour l’anecdote, il a inventé le personnage d’Alice et cette histoire lors d’un tour de barque avec trois petites filles dont il avait la garde, afin de les distraire.

Une des trois enfants s’appelait Alice. On dit qu’elle lui aurait fait promettre de mettre son histoire par écrit pour qu’on ne l’oublie pas. C’est comme ça qu’est né ce célèbre conte, dans ce qu’on peut appeler un véritable élan d’improvisation.

On peut aussi imaginer que les enfants aient participé au choix des personnages et des intrigues, ce qui explique le côté un peu fou et surréaliste de l’histoire (…)

Comprendre Lewis Carroll

►►► Psychanalyse de Alice au Pays des merveilles

►►► Pourquoi il faut relire Alice au Pays des Merveilles?

S'abonner au podcast

Pour ne rater aucun épisode, abonnez-vous au podcast. Vous pourrez conserver chaque épisode sur votre smartphone ou votre ordinateur, l’emporter sur votre baladeur numérique ou le graver sur un CD.

  • sur Auvio, cliquez sur le lien ci-dessous.
  • Sur Apple Podcasts si vous possédez un appareil Apple ou un PC ou sur Pocket Casts si vous possédez un appareil Android ou Apple : cliquez sur les boutons ci-dessous. Vous pourrez vous abonner et recevoir (si vous le désirez) une notification à l’arrivée de chaque nouveau contenu.
  • Sur les autres applications de podcast, cliquez sur le bouton Abonnez-vous via Flux RSS, copiez le lien qui apparaît et collez-le dans votre application podcast.

043fe8b32a4828f29146bd91f75ffbf 

vivacite_043fe8b32a4828f29146bd91f75ffbf vivacite_1e5364b3ba3307c77b451d0d3acf20c vivacite_5372578a3264a2571d74ac25955cc51

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK