Albert II, ceci n'est peut-être pas une fiction

série VRT
série VRT - © Tous droits réservés

Chronique mediaTIC du lundi 09.09.2013

C’est l’évènement médiatique de la rentrée en Flandre. La VRT a diffusé hier soir le premier épisode d’une mini-série intitulée Albert II. Elle retrace le règne du 6e Roi de Belgique.

La mise en chantier de cette fiction a évidemment été lancée avant l’annonce de l’abdication du Roi.  Mais elle bénéficie du regain d’intérêt pour la monarchie suscité par cet évènement. Avec en prime, les derniers soubresauts de l’affaire Delphine.

C’est en tout cas une première : on n’a jamais réalisé une telle fiction historique en Belgique. Le premier épisode diffusé hier soir débute à la mort du Roi Baudouin et s’achève avec la prestation de serment d’Albert II. Il ne couvre donc qu’une période très courte, mais qui a été cruciale pour le pays et la monarchie. Et notamment vu le choix de respecter le prescrit constitutionnel qui imposait la montée sur le Trône d’Albert, le frère du Roi défunt, et non Philippe souvent présenté come le successeur à l’époque.

C’est donc une série très politique et de ce point de vue, elle est très actuelle. On pense à la série danoise Borgen ou à House Of Cards produite par Netflix. Mais ici, les personnages sont réels. On est dans le cas de figure de The Queen, le film qui retrace les hésitations de la monarchie britannique lors de la disparition de la Princesse Diana.

Dans ce cas, la question qui se pose c’est de savoir si les personnages et le récit sont crédibles ...

Eh bien on a eu des éléments de réponse dès hier soir sur Twitter. C’est par centaines que les messages ont fusé, au point que le mot-clé #AlbertII s’est retrouvé dans les trendings topics belges, les sujets les plus commentés. Ce qui est totalement inhabituel pour une fiction et qui indique que l’on est aussi dans l’actualité politique.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’accueil est mitigé. Il y a d’abord la ressemblance physique très variable des acteurs, mais on s’y fait. Mais surtout, certains apparaissent caricaturaux comme Philippe ou Laurent. Il n’en demeure pas moins que même si les dialogues et les comportements prennent des libertés avec les faits réels, Albert II permet aux téléspectateurs d’en savoir un peu plus sur la face cachée de la vie politique belge.

Mais dans le contexte actuel, est-ce un choix politique de diffuser une telle production ?

La réponse varie selon les points de vue. Les partisans de l’unité du pays y verront un coup de pouce aux nationalistes. Et les séparatistes trouveront qu’en humanisant la monarchie, on fait le jeu de la Belgique.

En tout état de cause, la série Albert II est très éclairante sur la sensibilité flamande. Sur Twitter, la principale critique à propos de la crédibilité de la série visait le fait que tous les membres de la Famille Royale s’y expriment dans un néerlandais impeccable…

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK