Adulte et pardon: deux mots liés?

Adulte et pardon: deux mots liés?
Adulte et pardon: deux mots liés? - © eclipse_images - Getty Images

"Tu deviens adulte le jour où tu pardonnes à tes parents" est un livre écrit par Gérard Salem, écrivain, médecin et spécialiste en thérapie familiale. A travers ce livre, nous sommes confrontés à des échanges de lettres entre les membres d'une même famille au sein de laquelle Boris coupe les ponts suite à une dispute (de plus). Ayant du mal à se reconstruire, Boris va voir un psychologue, qui lui conseille d'essayer d'avancer dans sa vie en écrivant une lettre manuscrite à ses parents.

L'écrit manuscrit, un acte de présence et d'attention à l'autre

A partir de ce livre, on peut alors se demander pourquoi l'écrit manuscrit est si important dans la tête du spécialiste... Selon Gérard Salem, qui aime l'écrit manuscrit et qui propose cette solution à plusieurs de ses patients, il s'agit d'une technique qui fonctionne. En effet, l'acte d'écrire à la main est un acte beaucoup plus personnel, de présence à l'autre, d'attention et d'égard offert à la personne à qui on s'adresse. La part d'incarnation que représente une lettre est importante car on y met de sa personne, on y met de son corps avec notre écriture, l'encre choisie, le papier choisi, le timbre choisi et le fait d'aller à la boîte y déposer sa lettre.

C'est un acte de présence à l'autre et d'attention, beaucoup plus authentique que lorsque cet acte est réalisé sous forme électronique avec un clavier. Le pardon est une chose universelle dans les relations familiales, largement partagé et vécu dans toutes les familles.

Couper les ponts pendant un moment peut être une bonne expérience car dans la famille il y a beaucoup de bonnes épices comme il y a certains poisons dans les relations. Il y a une sorte d'emprise ou des mauvais traitements qui peuvent être infligés à des descendants, ou alors une tendance à leur prescrire des comportements qui ne répondent pas à leurs véritables inspirations... Et pour échapper à ce côté qui a une allure coercitive, cela peut être une bonne chose de prendre ses distances.

Cependant, pour Gérard Salem, la rupture n'amène pas de bons résultats si elle reste définitive. Se libérer du lien familial, c'est plutôt retourner se confronter aux personnes à qui l'on en veut, effacer l'ardoise ensemble, imaginer de nouveaux scénarios, se retrouver, restaurer la confiance, bref des choses vitales et importantes.

Nul ne peut décider seul ce qui a été juste ou pas

Aujourd'hui, il y a une sorte de mythe de l'individu qui justifie ce cliché qui dit qu'on va se libérer en coupant les liens avec notre famille. Mais un arbre coupé de ses racines ne survit pas longtemps... Les racines familiales sont liées à notre histoire, à notre patrimoine, à nos valeurs, à notre corps,... Et le rejeter, c'est comme si l'on rejetait une partie de soi-même. Cela dit, dans certaines situations extrêmes, il peut être nécessaire de s'éloigner. Mais si l'on en reste à cette formule, tôt ou tard, il y a un retour de balancier et cela on le paie d'une certaine façon.

Dans la situation inverse, comment faire en tant qu'enfant pour tenter de renouer les ponts avec ses parents? Gérard Salem explique qu'il faut tout d'abord dépasser une vision des choses qui est de croire qu'on est seul à décider ce qu'on pardonne ou pas, qu'on est seul à rendre compte de ce qui est juste ou injuste. Dans le tribunal invisible de la famille, personne ne peut décider tout seul ce qui a été juste ou injuste. Il y a la nécessaire confrontation aux autres. Et l'ardoise familiale est une ardoise qui peut d'abord être invisible à la première conscience, et qui ne devient visible qu'avec les années. Ainsi, les livres s'ouvrent...

Des parents peuvent avoir à pardonner à leurs enfants, des enfants à leurs parents, la chose est possible dans les deux sens. Mais lorsque c'est possible, les chances de reviviscence, de reconstruction sont plus grandes que lorsqu'on reste verrouillé dans l'impardonnable. Soyez attentifs, car la rupture se répète sur plusieurs générations lorsqu'elle ne se dépasse pas. Dans ces cas-là, on essaie de pardonner et de revenir sur les traces qu'on a laissées, et de donner une chance à la relation...

Pour en savoir plus sur le sujet, rendez-vous sur ce lien.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK