[A REECOUTER] L'Âge d'or de l'Ancienne Belgique

L’Ancienne Belgique, appelée désormais l’AB, fête cette année ses 40 ans. Il y a effectivement 40 ans que cette salle de concert est gérée par la Communauté flamande.

Cette vénérable institution bruxelloise est pourtant bien plus ancienne. L’Ancienne Belgique a été créée dans les années 30 par la famille Mathonet qui a fait de cet établissement un music-hall renommé où se sont produits les plus grands artistes tels que Piaf, Trenet, Brel, Ferré, Becaud et tant d’autres.

Le Fantôme de la Radio vous raconte l’histoire de l’âge d’or de l’Ancienne Belgique, avec une multitude de documents sonores.

______________
 

Dès 1906, du spectacle !

C’est en 1979, voici 40 ans, que l’Ancienne Belgique est confiée à la Communauté flamande. Mais en réalité, cette salle de spectacles bruxelloise compte beaucoup plus d’années au compteur…

Avant la première guerre mondiale, de 1906 à 1913, le lieu s’appelle ‘Le Vieux Düsseldorf’. C’est une grande salle où les Bruxellois viennent danser et écouter des orchestres. Puis, l’établissement change de nom et devient le Bruxelles-Kermesse. On peut y danser et même manger tout en regardant des acrobates, des magiciens ou encore assister à des séances de cinématographe.

En 1931, Arthur Mathonet, un entrepreneur liégeois, qui a déjà construit le Forum à Liège, rachète l’immeuble et quelques maisons attenantes. Après d’importantes transformations, l’Ancienne Belgique voit le jour.

Arthur Mathonet confie la gestion des lieux à son fils Georges. Ce dernier restera à la tête de l’établissement pendant près de 40 ans et fera de l’Ancienne Belgique un haut lieu du spectacle, un temple du music-hall à Bruxelles.

Septembre 1944, la population veut oublier les années noires de l’occupation allemande et fêter la liberté retrouvée. L’Ancienne Belgique est LE lieu où se divertir et s’amuser. Dans la salle, le public assis à de longues tables, peut boire et manger, en regardant le spectacle agencé/organisé/ordonné selon une formule qui fait ses preuves. D’abord, place aux comiques, aux fantaisistes, aux magiciens et aux acrobates. Viennent ensuite les vedettes anglaises et américaines qui proposent 3 à 6 chansons. Après l’entracte, c’est enfin au tour de la tête d’affiche d’entrer en scène pour une prestation d’environ 3/4 d’heure.


Les plus grands artistes

Dès le début des années 50, de grandes vedettes se produisent sur la scène de l’Ancienne Belgique. C’est le cas de Charles Trenet qui vient y chanter très régulièrement.

Georges Mathonet fait l’acquisition de deux autres salles, deux ‘Ancienne Belgique’ supplémentaires : l’une à Gand, l’autre à Anvers, où se produira par exemple Louis Amstrong. Il est fréquent que les vedettes engagées par Mathonet se produisent dans les trois établissements. Dans le milieu, les artistes disent alors qu’ils font ‘Les Anciennes Belgiques’.

C’est au début des années 50 que Georges Mathonet s’associe avec Bruno Coquatrix, le patron de l’Olympia, la salle de spectacle du boulevard des Capucines, à Paris. Les deux hommes se connaissent bien et s’apprécient. Ils concluent un accord qui leur permet d’engager ensemble les plus grands artistes. Les deux patrons proposent des contrats communs dans lesquels ils offrent des engagements de longue durée dans leurs salles en Belgique et à Paris.


L’âge d’or

Toutes les vedettes, naissantes ou confirmées, déferlent alors sur Bruxelles. C’est le premier âge d’or de l’Ancienne Belgique. Les journalistes de l’INR puis de la RTB fréquentent assidûment les lieux. Ils y rencontrent les artistes, bien plus accessibles qu’aujourd’hui, dans les loges, les foyers ou sur scène pour quelques minutes d’interviews, comme Sylvie Vartan et Johnny Hallyday, ou encore Raymond Devos par exemple.

A côté de ces étoiles montantes figurent, en haut de l’affiche, des monstres sacrés, des vedettes internationales, comme Marlène Dietrich ou Edith Piaf, qui chantera à l’Ancienne Belgique avec son mari Théo Sarapo, en octobre 1962, un an avant sa mort. Georges Brassens, Jacques Brel, Charles Aznavour et Léo Ferré foulent régulièrement les planches de l’Ancienne Belgique dans les années 60.

Le lieu accueille aussi Françoise Hardy, Fernandel, Georges Brassens, Gilbert Bécaud ou Barbara.

L’Ancienne Belgique est alors une véritable institution à Bruxelles, un music-hall qui doit sa réputation à la qualité de sa programmation mais aussi au professionnalisme de son personnel.

 

Et le rock’n’roll dans tout ça ?

Et bien, il n’est pas vraiment le bienvenu… Contrairement à l’Olympia qui n’hésite pas à programmer les vedettes anglaises et américaines tels que les Rolling Stones, les Beatles ou encore Jimi Hendrix, l’Ancienne Belgique préfère dans un premier temps faire l’impasse, histoire de ne pas bousculer le public fidèle, les habitués et les abonnés d’un certain âge, il faut bien le dire.

Il y aura pourtant des exceptions, comme le concert de Gene Vincent en 1963. Le rocker américain, lourdement handicapé suite à un accident de moto, se produit sur la scène de l’Ancienne Belgique en compagnie du groupe franco-belge The Sunlights. Les musiciens crient, jouent très fort et se roulent par terre lorsqu’ils interprètent Be Bop A Lula, le grand succès de Gene Vincent. Cette prestation hallucinée fait scandale. Même les jeunes sont sous le choc et ne mâchent pas leurs mots…


Criblé de dettes, Georges Mathonet dépose le bilan en 1971. L’Ancienne Belgique ferme ses portes. C’est la fin d’une époque. Une autre histoire commence pour cette salle mythique. À suivre…

Le Fantôme de la radio
une émission préparée par Eric Loze
Avec la précieuse collaboration de la SONUMA
l’entreprise qui préserve et valorise des archives audiovisuelles de la RTBF

Programmation musicale : Alexandra Vassen
Montage : Guillaume Kerremans

 

A partir de ce 21 septembre, l’Ancienne Belgique, mieux connue à présent sous l’acronyme AB, lance une saison de concerts exceptionnels pour célébrer son 40e anniversaire.

Ecoutez le Fantôme de la Radio ici

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK