À la Clinique du Lien, le rôle essentiel du pair-aidant

La Clinique du Lien à Genval est un centre thérapeutique innovateur, qui propose des activités pour des personnes fragiles psychiquement, en s’appuyant sur le principe de pair-aidance.

Ce centre psychothérapeutique ambulatoire offre des consultations, des groupes de parole et des ateliers dans un accueil quotidien. Il s'adresse aux adultes rencontrant des difficultés psychologiques passagères ou chroniques.


À l'origine de la Clinique du Lien

La Clinique du Lien est née en mai 2016, à l'initiative de Carine Smit, psychologue de formation, et du Dr Fabrice Bon, psychiatre. Ils collaboraient au préalable à La Renouée, un hôpital de jour qui fait partie de la clinique de la Forêt de Soignes. Le patient rentre chez lui le soir et est dans une situation intermédiaire entre l'hôpital et la maison. Des groupes de parole et d'autres activités permettent une resocialisation et parfois un retour à la vie professionnelle. Mais cela reste l'hôpital et dans un cadre un peu strict.

Ils ont alors réfléchi à une structure plus légère, qui n'aurait pas ce côté stigmatisant, un peu effrayant de l'hôpital psychiatrique. L'objectif de la clinique est de ramener des personnes qui se sont marginalisées, isolées socialement à cause d'une difficulté psychologique, vers la reprise d'un lien social et thérapeutique.


Une maison accueillante

Le lieu ne se présente pas comme une clinique mais comme une maison de quartier qui accueille aussi des activités culturelles, comme des expositions, des conférences, des petits concerts.

Le centre psycho-thérapeutique a deux pôles : un centre de consultation et un lieu d'activités organisées par des bénévoles, qui sont des pairs-aidants, sous la supervision d'une psychologue.


Qui est le pair-aidant ?

Le pair-aidant est une personne qui elle-même a vécu une période de souffrance psychique qu'elle a pu dépasser, pour laquelle elle est stabilisée depuis au moins 2 ans. Elle vient partager son expérience pour accompagner des personnes fragilisées dans cette transition vers une rémission et vers un retour vers une qualité de vie meilleure.

Le fait que les gens qui animent ont vécu la même expérience offre aux patients un possible, leur montre qu'on peut se remettre de la difficulté qu'ils vivent, qu'on peut retrouver la confiance et devenir éventuellement soi-même un pair-aidant. Cela met les gens dans une logique de progression, de rémission, et démystifie les difficultés de santé mentale.


Restaurer le soin et le lien

La fragilité est mal vue de nos jours. L'idée est de faire de cet endroit un lieu de passage, de transition, qui n'est pas trop connoté.

La Clinique du Lien est donc une interface où la personne va pouvoir approcher le soin et le lien, retisser du lien social, revenir à des activités, et tout cela à son propre rythme, sans horaires imposés. Ce qui lui permet d'être tout à fait désangoissé. 

L'impro peut être un outil précieux en clinique pour dépasser certaines difficultés et retrouver le chemin des mots. Le 9 février à 20h, la troupe d’improvisation théâtrale MOTAMO donnera un spectacle au profit de la Clinique du Lien, au Whalll à Woluwe Saint Pierre. Les infos ICI.

Suivez ici la séquence de Tendances Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK