A Bruxelles : Désensorceler la finance

A Bruxelles : Désensorceler la finance
A Bruxelles : Désensorceler la finance - © Tous droits réservés

Rites de sorcellerie, séances vaudoues et grigri de protection, est-ce tout ce qu'il nous reste à nous, simples titulaires d'un compte courant pour assainir le système financier? C'est en tout cas ce que propose Aline Fares, ex-banquière, qui avec son laboratoire, cherche des moyens de nous désenvoûter de la finance.

A la fac d'architecture de Bruxelles, le Laboratoire sauvage de recherches expérimentales : désorceler* la finance a organisé une exposition destinée à désenvoûter le système financier mondial. Y sont exposés des objets qui ont servi aux rituels de désenvoûtement, des vieilles clés accrochées à un grand porte clé, un anneau fait de vieux barbelé, c'est le hochet cérémoniel du désenvoutement du marché de l'immobilier. A côté, un grigri touffu, contre la versatilité des taux sur les marchés des céréales. Il y a un flacon rempli de la sueur d’angoisse de la Banque Centrale Européenne, cuvée 2008. Il y a des orties et mauvaises herbes, l'étiquette dit qu’il s’agit d’un herbier du quartier d’affaires du Luxembourg réalisé en juin 2017

Ici, on triture les symboles pour générer une conversation sur ce sujet complexe qui pourtant régit nos vies : la finance. On veut nous faire réfléchir à des façons d’agir contre le sentiment d’impuissance que nous éprouvons face au pouvoir financier, trouver des façons d’impliquer un public sur un sujet encore trop largement laissé aux "experts". Raconter, alerter et s'amuser en organisant des soirées cartomancie et tarot pour quitter les paradis fiscaux, c'est le but de ce collectif.

Dans ce collectif Aline Fares est une sorte de sorcière en chef et elle revient de loin. Avant elle était dans la banque chez Dexia. Qui a fait faillite deux fois en 2008 et 2011, et elle a échappé aux charrettes. Elle est donc capable décrypter les excès de ce système financier. Elle a fait HEC en France et suivi un chemin rassurant tout tracé et socialement valorisé, chez Dexia au Luxembourg puis à Bruxelles. Chez elle le désenvoûtement est passé par la lecture du Monde Diplomatique. Et peu à peu elle a compris qu'elle était au cœur de ce système bancaire nocif. Aujourd’hui elle organise des rituels magiques de désenvoûtement de la finance et des conférences gesticulées où elle explique la crise des subprimes de 2008.

Charlotte Geiger travaille pour l’ONG "Finance Watch". Elle explique comment la dérégulation du secteur bancaire, qui a été un choix politique dans les années 1980 aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, a permis la création de bulles spéculatives liées à l'immobilier qui ont explosé en 2008. Les secousses ont été terribles. Mais finalement les banques ont été sauvées. Car Too big to fail, trop grosses pour tomber, aussi appelées Banques systémiques : quoiqu'elles fassent, elle seront toujours sauvées. Aujourd'hui Charlotte se bat contre ce principe qui ne responsabilise pas les grandes banques. On peut trouver ici une liste de ces banques établi par le conseil de stabilité financière (FSB).

Le lien du "Fair Finance Guide France", une intiative d'Oxfam France et Les Amis de la Terre France pour orienter vers des banques éthiques.

 

Le lien de la page Facebook de Foule Continentale

 

La programmation musicale :

  • Leyla Mac Calla, "The capitalist blues"

* "désorceler" : terme de vieux français pour "désensorceler"

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK